Dogan Presse Agence France | Actualite | Politique | Journal
 


Le chauffard déséquilibré a agi seul

De nombreux éléments montrent que la personnalité de l'auteur du drame de Münster est au centre de l'explication. Fin mars, il avait annoncé son prochain suicide.

Le conducteur du camping-car qui a fauché des clients samedi soir à la terrasse d'un restaurant de Münster, dans le nord-ouest de l'Allemagne, a agi seul et souffrait vraisemblablement de troubles psychiques. La piste d'un attentat islamique est écartée. Deux personnes ont perdu la vie dans l'attaque et l'auteur s'est suicidé.

«Nous savons maintenant qu'il n'y avait vraisemblablement qu'un seul assaillant, un Allemand», a déclaré à la presse Herbert Reul, ministre de l'Intérieur de Rhénanie du Nord-Westphalie. «Beaucoup de choses indiquent que la personne en question souffrait de troubles (psychologiques). Cela doit être soigneusement étudié», a-t-il poursuivi.

Aucun lien n'a pu être établi avec la mouvance islamiste et le conducteur n'était pas un réfugié, a-t-il ajouté. M. Reul venait de rendre hommage aux victimes, en présence du chef du gouvernement local, Armin Laschet et du ministre de l'Intérieur fédéral, Horst Seehofer.

Le conducteur de Münster était connu des services de police pour des menaces, des dégradations de biens et un délit de fuite après un accident de la route, a précisé dimanche Elke Adomeit, procureure de la ville. «Toutes les procédures à son encontre ont été classées», a-t-elle ajouté.

Fils suspects

L'homme âgé de 48 ans et vivant dans la ville a percuté samedi après-midi, à une heure de grande affluence au centre-ville, des clients assis en terrasse d'un café-restaurant très renommé localement. Deux personnes - une femme de 51 ans et un homme de 65 ans - sont décédées. Une vingtaine d'autres ont été blessées, dont une dizaine grièvement, selon la police.

L'assaillant s'est suicidé avec une arme à feu peu de temps après dans son véhicule. La police a passé de nombreuses heures ensuite à sécuriser sa camionnette, où des fils de fer suspects étaient visibles. Elle n'a trouvé que l'arme du conducteur, un pistolet d'alarme et une dizaine de très gros feux d'artifice, dont la poudre peut servir à confectionner un explosif.

Pas d'arrière-plan politique

Selon Hans-Joachim Kuhlisch, chef de la police de Münster, des perquisitions ont été effectuées la nuit de samedi à dimanche dans les quatre appartements que l'homme âgé de 48 ans possédait. Dans l'un d'eux, les enquêteurs ont découvert un fusil Kalachnikov désactivé, selon la police.

«Vous comprendrez qu'avec quatre appartements, deux dans l'est de l'Allemagne et deux à Münster, nous ne pouvons pas dire à ce stade que nous ne trouverons rien», a-t-il ajouté.

Un arrière-plan politique, quel qu'il soit, est désormais définitivement exclu. Il n'y a «aucun élément montrant qu'il y ait des motivations politiques» dans ce drame, a déclaré M. Kulisch.

Les autorités avaient déjà écarté la piste d'un attentat djihadiste, mais des médias allemands avaient fait état de liens de l'auteur avec les milieux d'extrême droite. «Les motivations et les causes sont plutôt à chercher chez l'auteur lui-même», a ajouté le chef de la police.

Attentat déjoué à Berlin

Les autorités allemandes sont sur le qui-vive depuis un an et demi en raison de plusieurs attentats perpétrés ou déjoués dans le pays. L'Allemagne garde en mémoire l'attaque sanglante de décembre 2016 à Berlin. Un homme avait foncé sur la foule d'un marché de Noël avec un camion-bélier, tuant douze personnes et agissant au nom de l'organisation Etat islamique.

Dimanche, le quotidien Die Welt rapportait sur son site internet qu'une attaque au couteau à l'occasion du semi-marathon de Berlin ce dimanche avait été déjouée. La police allemande a arrêté quatre suspects. Ils entretenaient des liens avec l'auteur de l'attentat de décembre 2016 à Berlin, précise le quotidien.

Ville étudiante de 300'000 habitants, Münster est située à 70 kilomètres au nord de Dortmund. «Tout le nécessaire est fait pour clarifier les faits et pour aider les victimes ainsi que leurs proches», a assuré samedi soir la chancelière Angela Merkel.


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

France

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik