Dogan Presse Agence France | Actualite | Politique | Journal
 


Hambourg : procès d’Erdal Gökoglu

Le 5 juillet à 9 heures aura lieu à Hamburg en Allemagne le procès d’Erdal Gökoğlu, réfugié politique turc.

Erdal Gökoğlu comparaîtra pour la troisième fois le 5 juillet à 9 heures devant le tribunal de Hambourg en Allemagne.

Le 13 novembre en Belgique, en raison d’un mandat d’arrêt international émis par l’Allemagne, Erdal Gökoglu avait été arrêté en pleine journée non loin de la gare de Liège en Belgique, mis en garde à vue puis écroué à la prison de Lantin. Il aura fallu moins d’un mois au Tribunal de Liège pour accepter son extradition, le 12 décembre 2017. Il a donc été transféré en Allemagne, à Aachen tout d’abord puis à Hambourg où son procès a débuté le 7 juin.

Depuis 6 mois maintenant, il est incarcéré en isolation totale, sans avoir pu bénéficier des services d’un coiffeur. Les livres lui sont fournis cinq par cinq ce qui est un frein majeur pour lui permettre de préparer sa défense d’autant qu’il est également interdit de parloir avec ses avocats.

Lors de la précédente audience de son procès, Erdal Gökoğlu a déclaré au magistrat : « Depuis que je suis emprisonné dans votre pays, l’isolation totale et contraire aux droits de l’Homme dont je fais l’objet m’empêche de préparer ma défense. Même dans la bureaucratie de la bourgeoisie, la justice existe mais aujourd’hui, vous n’êtes pas capable de la mettre en application. »

Il a également réclamé de pouvoir disposer de plus de cinq livres à la fois pour pouvoir élaborer sa défense ainsi que la levée de l’isolation. Et surtout, il a demandé à ce que justice lui soit rendue face à un acte d’accusation en totale disproportion avec les faits sur lequel il est fondé.
En effet, selon la justice allemande, il serait un fonctionnaire dirigeant le DHKP-C, Parti-Front révolutionnaire de libération du peuple, classé comme organisation terroriste. Les arguments de cette accusation sont basés exclusivement sur quatre principaux points : avoir distribué la revue Yürüyüş ; avoir organisé trois grands concerts de Grup Yorum, le groupe de musique contestataire turc, avoir co-fondé une association culturelle. Et enfin, être intervenu lors d’une conférence à l’Université de Berlin pour alerter sur les pratiques de la torture dans les prisons de Turquie, ce qui selon le mandat « démontre son importance dans l'organisation ».

Après 6 ans d'incarcération en Turquie entre juin 1995 et juillet 2001, Erdal Gökoglu a été reconnu réfugié politique turc en 2007 par la Belgique où il vivait depuis 2002. Opposant politique du gouvernement de son pays, il a survécu à plusieurs massacres de détenus en Turquie, notamment à la prison de Ulucanlar à Ankara. De violents affrontements avaient eu lieu avec le personnel pénitentiaire lorsque les prisonniers avaient entamé des grèves de la faim pour dénoncer entre autre l’existence des cellules d’isolement de type F. Erdal Gökoglu souffre depuis du syndrome de Wernicke-Korsakoff.

Il est donc à déplorer que dans des états européens et démocratiques comme la Belgique et l’Allemagne, ces actes d’accusation puissent justifier d’une quelconque appartenance à un organisation terroriste et engendrer de telles mesures judiciaires. Et l’on peut se questionner sur le fait que la Belgique, après avoir reconnu pendant dix ans le statut de réfugié politique à Erdal Gökoglu, l’a finalement livré à l’État allemand qui malheureusement joue le jeu de la justice turque en réprimant essentiellement les opposants au régime du président Recep Tayyip Erdoğan.

Dogan Presse Agence


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

France

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik