Dogan Presse Agence France | Actualite | Politique | Journal
 


'Si tout le monde se prosterne devant lui…' : Collomb charge Macron

Le ministre de l’Intérieur, qui a annoncé son départ du gouvernement en 2019, ne retient plus ses coups à destination du chef de l’Etat.

Il comptait parmi les fidèles de la première heure d’Emmanuel Macron. Mais aujourd’hui, même Gérard Collomb, propulsé de la mairie de Lyon à la place Beauvau, prend ses distances avec le président de la République, en chute libre dans les sondages d’opinion. Depuis début septembre, le ministre multiplie les critiques sur l’exécutif, croit savoir Le Figaro.

« L’Elysée s’isole »

Gérard Collomb ne retient plus ses coups. Celui qui a annoncé mardi dans L’Express son départ prochain du gouvernement pour reconquérir Lyon aux municipales de 2020 semble vivre une seconde jeunesse depuis. C’est avec vigueur qu’il dénonce dorénavant la politique d’Emmanuel Macron. « Nous ne sommes pas nombreux à pouvoir encore lui parler. Ceux qui parlent franchement à Macron sont ceux qui étaient là dès le début: Ferrand, Castaner, Griveaux et moi... », aurait indiqué le ministre à des journalistes, selon des propos rapportés par La Dépêche et confirmés par Le Figaro. « D'ailleurs, il va finir par ne plus me supporter. Mais si tout le monde se prosterne devant lui, il finira par s'isoler, car par nature l'Élysée isole ».
Sur le même sujet
Entre Collomb et Macron, la discussion a été houleuse !

Le pensionnaire de la place Beauvau, qui avait déjà déploré le « manque d’humilité » de l’exécutif, réitère ses critiques. Il fustige notamment le « langage choc » du chef de l’Etat, utilisé à des visées communicatives. « Les provinciaux, et j'en suis, ont déjà une tendance naturelle à considérer que les Parisiens ont la grosse tête et les snobent. Or, des expressions comme la nouvelle grammaire de la politique ou la ‘start-up nation’, ils ne s'y reconnaissent pas... », aurait-il regretté. Gérard Collomb aurait également confié ses déceptions vis-à-vis du président Macron, « pas monté au créneau » suffisamment tôt selon lui dans l’affaire Benalla. « Cela fait quelque temps qu'il tape comme un malade sur Emmanuel Macron. Je ne sais pas à quoi il joue, mais il se fragilise », s’alarme un intime auprès du Figaro. Gérard Collomb ne semble plus s’en inquiéter.


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

France

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik