Dogan Presse Agence France | Actualite | Politique | Journal
 


Savoie : deux frères se mobilisent pour sauver le métier de grainetier à Arbin

À Arbin, près de Montmélian, deux frères sont en train de réussir leur pari et préserver un métier historique, celui de grainetier. Deux mois après le dépôt de bilan de l’entreprise familiale, fondée en 1928, ils ont lancé un appel aux dons et vont ainsi reprendre le flambeau.

À peine de deux mois après le dépôt de bilan, l’entreprise Graines Grelin, à Arbin (Savoie), va reprendre vie.  Pour Simon et Thibaud Grelin, deux jumeaux de 26 ans, il était « inacceptable » de laisser disparaître 90 ans d’histoire et l’héritage de leur arrière grand père.

Outre l’entreprise, c’est surtout un métier que les deux hommes veulent préserver, celui de grainetier. Il en reste moins d’une dizaine en France selon Simon, et ils sont les seuls en Savoie. «  Reprendre un métier qui se perd, cela nous tenait à coeur. On n’est pas des businessmen, on veut juste vivre de notre passion. »

Peu connu de nos jours mais pourtant historique, un grainetier est celui qui achète des graines en vrac, ceux de la famille Grelin proviennent de partout en Europe, les trie, les ensache puis les revend sur les marchés.

Près de 20 000 euros récoltés en un mois
Simon a obtenu son CAP en floriculture puis a rejoint l’entreprise familiale, voilà déjà s ans. Un métier minutieux selon lui. « Il faut être bien réveillé  le matin quand même car si on mélange deux graines différentes, il faut tout recommencer, ça demande beaucoup de temps. C’est surtout de la patience car ensacher les graines c’est un peu un métier d’usine quoi, on fait sans arrêt la même chose ».

"Il y a besoin d'un grainetier dans une région" — Simon Grelin, grainetier

Aussitôt le bilan déposé, l’idée de reprise a germé chez les jumeaux et tout a été très vite. En novembre, l’appel aux dons a été lancé, puis « en à peine quelques jours, on avait déjà 5000 euros ». Fin décembre, plus de 200 personnes, une majorité de clients, avaient fait un don et près de 20 000 euros avaient été récoltés.

Un véritable engouement  qui a surpris les deux frères mais qui selon Simon, « montre qu’il y a besoin d’un grainetier dans une région ». Chez les Grelin, on trie près de 800 variétés différentes de graines chaque années, et parmi elles, des produits peu connus en France comme le radis Viola, la laitue Catalogne ou encore le haricot Cor des Alpes… Ils utilisent également de vieilles machines comme une colleuse et une imprimeuse Heidelberg.

La grelinette, une invention familiale historique
En dehors des graines, l’entreprise fait pousser des plans de légumes, en partie, à 22 degrés, près d'un radiateur, à l'intérieur de la maison. Des plantes et des fleurs sont également cultivées puis vendues au marché.

Mais une des grandes spécialités de la famille, c'est la vente de grelinettes. Ce nom ne vous dit peut-être rien mais vous l’avez sans doute déjà utilisée pour jardiner. Cet outil permet de décompacter les sols sans retourner la terre.

Désormais utilisée partout dans le monde, elle a été inventée par…  André Grelin, l'arrière grand-père, qui a remporté, grâce à elle, le premier prix du concours Lépine. Une véritable fierté que les deux frères compte bien continuer à vendre aux particuliers. Simon et Thibaud sont désormais prêts à reprendre  le flambeau, leur entreprise, Graines Grelin frères, sera officiellement créé mi-janvier.

Luc Chemla


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

France

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES