Dogan Presse Agence France | Actualite | Politique | Journal
 


Le ' Gallego ' Fernandez : un combattant inconditionnel de la Révolution

Ses obsèques ont eu lieu au Panthéon des Vétérans du cimetière de Colomb, où reposeront ses cendres avant d’être transférées au Mausolée du 2e Front oriental Frank Pais.

« UN audacieux révolutionnaire par conviction », c’est ainsi que José Ramon Machado Ventura, deuxième Secrétaire du Comité central du Parti communiste de Cuba a qualifié José Ramon Fernandez Alvarez, lors de ses obsèques qui ont eu lieu au Panthéon des Vétérans du cimetière de Colomb, où reposeront ses cendres avant d’être transférées au Mausolée du 2e Front oriental Frank Pais.

« Fernandez est, sans la moindre exagération, l’un de ces êtres exceptionnels. Son sens du devoir et sa conscience éthique étaient une boussole infaillible dans chacune de ses actions », a déclaré le dirigeant cubain lors de la cérémonie, qui s’est déroulée en présence du président Miguel Diaz-Canel Bermudez, du Premier vice-président Salvador Valdés Mesa, des commandants de la Révolution Ramiro Valdés Menéndez et Guillermo Garcia. Frias et d’Esteban Lazo, président de l'Assemblée nationale, ainsi que d'autres membres du Bureau politique du PCC et de dirigeants des organisations de masse et des membres des Forces armées révolutionnaires (FAR).Dans son discours solennel, José Ramon Machado Ventura a souligné la fermeté du « Gallego » à ne pas céder à l'avidité, à l'égoïsme et à la concurrence déloyale de ceux qui cherchaient à escalader des échelons dans un environnement militaire sous un gouvernement corrompu dirigé par un tyran. Ensuite, a-t-il, poursuivi, Fernandez s’est consacré aux tâches de la Révolution animé par la confiance que lui inspira le commandant en chef Fidel Castro Ruz et au service du projet social amorcé en 1959.« À coups de ténacité, de discipline, d’intelligence, d’efforts et de résultats, il surmonta les nombreux obstacles qui lui étaient imposés par sa décision ferme de ne pas s'incliner devant des propositions inconvenantes et de se laisser guider uniquement par ce que sa conscience lui dictait », a ajouté Machado Ventura, devant les nombreuses personnalités, proches et invités venus lui rendre un dernier hommage au cimetière de Colomb, dont nombreux jeunes cadets des FAR et des étudiants des écoles militaires.Était également présente Asela de los Santos, sa compagne de vie et dans les tâches de direction ; des sportifs de haute performance, des gloires du sport, sa famille et ses amis. On pouvait également remarquer les couronnes de fleurs envoyées par le général d'armée Raul Castro Ruz, Premier secrétaire du PCC, de différentes institutions et de représentations diplomatiques de gouvernements amis; ainsi que les médailles et décorations reçues par le Héros de la République de Cuba.Machado Ventura a conclu son allocution en faisant référence à un livre qui sera publié prochainement avec les principales expériences de Fernandez, et il a déclaré: « Merci pour l’exemple que vous nous avez légué ! Nous tous, qui t’avons connu et tout notre peuple, nous nous souviendrons de toi, en témoignage d’une éternelle admiration, très cher camarade Fernandez ». Le « Gallego » Fernandez, tel que notre peuple le connaissait, était né le 4 novembre 1923 à Santiago de Cuba. Dès son plus jeune âge, il participa à la lutte révolutionnaire contre la tyrannie de Batista dans des mouvements de résistance avec différents groupes militaires et politiques, ce qui lui valut près de trois ans de prison sur l'Île des Pins.Au triomphe de la Révolution, il rejoignit les Forces armées révolutionnaires (FAR), participa à la lutte contre les bandes contre-révolutionnaires, ainsi qu'à la direction des combats à Playa Giron, sous les ordres du commandant en chef de la Révolution cubaine, Fidel Castro Ruz.Au sein du ministère des Forces armées révolutionnaires, il occupa différentes responsabilités, dont celles de directeur de l'École des cadets de l'Armée rebelle, de l'École des responsables des milices de Matanzas et des Écoles des bataillons des milices de la province de La Havane ; chef de la Direction de la préparation combative et vice-ministre des FAR.Il exerça également les fonctions de Premier vice-ministre et ministre de l'Éducation, vice-président du Conseil des ministres et conseiller du président du Conseil d'État et du Conseil des ministres. De 1997 à octobre 2018, il présida le Comité olympique cubain, année où il en fut élu président honoraire à vie.Il fut membre fondateur du Parti communiste de Cuba, membre de son Comité central depuis le 1er Congrès en 1975 et membre suppléant du Bureau politique de 1980 à 1991.

José Ramon Fernandez fut élu député de l'Assemblée nationale du Pouvoir populaire depuis sa constitution, en 1976, et membre du Conseil d'État entre 1981 et 1993.

Titulaire d'une licence en Sciences sociales et professeur émérite à l'Université pédagogique « Enrique José Varona », Il reçut les doctorats honoris causa en Éducation de l'Université de La Havane, en Sciences militaires de l'Académie des FAR « Général Maximo Gomez » et en Sciences de la culture physique et du sport de l'Université des sciences de la culture physique, ainsi qu’en Sciences historiques de l'Université de Oriente.

En raison de ses mérites, il obtint de nombreuses distinctions, médailles et décorations. En 2001, il se vit attribuer le titre honorifique de Héros de la République de Cuba.


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

France

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES