Dogan Presse Agence France | Actualite | Politique | Journal
 


Bordeaux. Les Gilets Jaunes expulsent des militants d’extrême droite du cortège

Ce samedi à Bordeaux pour l'acte VIII des gilets jaunes, ont eu lieu plusieurs affrontements pour dégager des militants d'extrême droite qui étaient présents à la manifestation.

Ce samedi 5 janvier à Bordeaux, à l’occasion du huitième acte des Gilets Jaunes, plusieurs militants d’extrême droite ont été expulsés de la manifestation alors qu’ils étaient de gilets jaunes vêtus. C’est au moment où Karfa Sira Diallo, directeur de l’association Mémoires & Partages, interpelle un homme avec un gilet jaune sur lequel était écrit "La France aux (vrais) français". Peu de temps après, plusieurs affrontements ont lieu, lors desquels les gilets jaunes ont expulsé ces militants d’extrême droite du cortège.

Depuis plusieurs samedis, ils semblaient, selon plusieurs sources, ne pas hésiter à venir dans les cortèges des gilets jaunes, portant sous le leur des tee-shirts du bastion social ou autre. Cette fois-ci, c’est tout un pan du cortège des gilets jaunes qui les a dégagé assez rapidement de la manifestation du 5 janvier. Parmi les groupuscules d’extrême droite, on a pu retrouver à Bordeaux des militants du Rassemblement National Jeune, mais aussi des membres de l’Action française et ou encore des individus issus du local le Menhir, un bar qui sert de QG à de nombreuses associations et organisations d’extrême droite.

Ce n’est pas la première fois que des gilets jaunes s’organisent pour virer des militants d’extrême droite de ses cortèges, comme à Paris, où certains groupes comme le GUD (Groupe Union Défense) viennent à l’intérieur des manifestations. Si lors du premier acte, le 17 novembre, de nombreux gilets jaunes ont exprimé leur opposition aux actes racistes et homophobes en les condamnant et en affirmant que ces comportements n’avaient rien à voir avec le mouvement, il apparaît aujourd’hui, à quelques jours du neuvième acte, que de nombreux Gilets Jaunes ont décidé de montrer qu’il n’est pas possible de lutter pour plus de justice sociale et fiscale, pour de meilleurs salaires et pensions de retraites, à côté de groupes de fachos.

Les nombreuses marches des femmes organisées depuis samedi dernier partout en France, avec l’idée que les femmes sont en première ligne face à la précarité, et donc les premières également à vouloir en découdre avec le gouvernement et ses réformes d’austérité, sont aussi un des meilleurs remèdes contre la récupération de groupes politiques qui préfèrent voir les femmes au foyer sans droit à l’avortement, ni salaires égaux. Il s’agit aujourd’hui d’unifier les secteurs des classes populaires par ce même mécontentement que tous partagent, avec le monde du travail, et la jeunesse, en se mettant en ordre de bataille face au gouvernement et au patronat, ainsi qu’à ces charlatans démagogues d’extrême droite, qui sont l’ennemi de la lutte pour nos droits.

Petra Lou


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

France

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik