Dogan Presse Agence France | Actualite | Politique | Journal
 


Un rapport accuse les policiers de Toulouse de 'violences, à la limite de la bavure'

 l'essentiel Après deux ans d’enquête, les membres de l’observatoire des pratiques policières de Toulouse dénoncent « un usage immodéré et disproportionné de la force publique » envers les manifestants. La préfecture de Haute-Garonne répond.

Deux ans d’observation, 50 manifestations, 24 observateurs et au final un rapport corrosif qui n’est pas tendre avec les forces de l’ordre toulousaines. Dans leur rapport rendu public ce mercredi matin, l’Observatoire des pratiques policières de Toulouse fustige les violences policières, et en particulier celles commises par la Brigade anti-criminalité. La liste de leurs récriminations est longue.

Les observateurs, parmi lesquels des chercheurs, des avocats et des militants de la Ligue des droits de l’Homme ou de la Fondation Copernic, dénoncent notamment « un maintien de l’ordre disproportionné et dangereux pour les libertés publiques lors des manifestations ». Des violences qui seraient progressivement montées d’un cran, et dont l’acmé aurait eu lieu samedi dernier. « Les manifestants ont été empêchés de défiler. En à peine une demi-heure, la manifestation a été nassée et gazée de façon très intense. Ça a été comme ça toute la journée. C’est un véritable scandale ! » s’insurge Pascal Gassiot, membre de l’observatoire.

« Criminaliser les Gilets jaunes »

De façon plus générale, les observateurs regrettent l’utilisation d’armes offensives comme les grenades pendant les manifestations, des armes utilisées sans que le contexte ne s’y prête, et à l’origine de nombreuses blessures chez les manifestants, comme chez les observateurs. En guise de preuve, les observateurs ont diffusé un film enregistré début mars à Toulouse montrant des policiers de la BAC lançant une grenade lacrymogène au pied des journalistes et observateurs, alors que rien ne le justifiait. Les accusations des observateurs sont graves : pour eux, la stratégie mise en place par l’Etat vise à « criminaliser les Gilets jaunes, les blesser et les insulter, afin de leur faire peur et de les dissuader de revenir manifester. »
« Le désordre est créé par les forces de l'ordre »

« L’ONU a demandé à la France d’enquêter sur l’usage excessif de la force », rappelle Marie Toustou, de la Ligue des droits de l’Homme. Sur le plan juridique aussi, les dérives sont notables, accuse Benjamin Francos, avocat au barreau de Toulouse : « Les personnes sont condamnées sur la seule base des déclarations des policiers. On peut également s’interroger sur la création d’une justice d’exception : les Gilets jaunes qui sont jugés le sont avec une grille tarifaire, il n’y a aucune prise en compte du parcours de la personne. Nous sommes dans une stratégie du chaos : le désordre est créé par les forces de l’ordre elles-mêmes, pour mieux légitimer les mesures répressives et la délégitimation du mouvement. »

L’avocat souligne qu’avec 39 condamnations, Toulouse est la deuxième ville la plus répressive de France. Les observateurs préconisent l’interdiction des grenades, le retrait de la police pénale (Bac), non formée au maintien de l’ordre, et la mise en œuvre d’un audit indépendant.

Dans un document communiqué en fin de journée, le préfet d’Occitanie, dénonce le rapport de l'Observatoire et estime que l'usage de la force par les policiers est « proportionné » et « encadré par la loi ». « Les très nombreuses manifestations qui se sont répétées en Haute-Garonne ont été très fréquemment l’occasion de voies de fait, d’atteintes aux biens et de destructions ainsi que de violences volontaires », ajoute le préfet.


Daniel Welzer-Land, Benjamin Francos, Pascal Gassiot et Marie Toustou font partie de l’observatoire.

Photo DDM, Frédéric Charmeux


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

France

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik