Dogan Presse Agence France | Actualite | Politique | Journal
 


Des frappes russes contre un tunnel sous terrain d'al-Nosra à Lattaquié

Mercredi, 3 juillet, alors qu'il rencontrait le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Asghar Khaji, à Damas, le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Meghdad, a affirmé que l’opération anti-terroriste dans la province d’Idlib avance à grand pas, suivant le plan prévu. Le haut diplomate a fait part de la détermination de la Syrie à reprendre la province d'Idlib, une reprise qui se présente comme une nécessité pour le retour "du calme et de la sécurité en Syrie". Les observateurs y ont vu une mise en garde syrienne contre l'armée turque et ses agissements qui ne cessent de s'amplifier, en dépit des prétentions de dialogue des autorités turques avec l'Iran et la Russie.

En effet, la Turquie travaille intensément à la création d'une zone tampon dans le nord syrien et ce, à l'effet de permettre l'implantation définitive de la présence militaire américaine en Syrie. Ceci étant, les troupes progressent bien plus rapidement que prévu et elles ont fait une première percée dans la ville d'Idlib.

Après avoir pris sous contrôle des déplacements des éléments liés au Front al-Nosra  et des terroristes d’origine chinoise du parti du Turkestan (PIT) dans les villages de Baboulin et de Hish Rakaya dans le district de Maarat al-Numan dans le sud d’Idlib, l’armée syrienne a pris d'assaut par l'artillerie les repaires des terroristes sur place. Le bilan est lourd côté al-Nosra.

Dans le même temps les forces du Tigre progressent à Hama. Ainsi les positions des terroristes ont été pris sous le feu de l'artillerie de l'armée, dan le district de Sahl al-Ghab dans le nord de Hama.  

Selon le même rapport, l’armée syrienne a frappé à la roquette les positions des membres du PIT aux alentours de la ville de Jisr al-Chughour dans le sud-ouest d’Idlib, faisant subir des dégâts aux terroristes. L’agence de presse Sana a également fait part des attaques par artillerie des forces gouvernementales contre les positions des terroristes, cantonnés dans le village d’al-Hawija dans le nord du district de Sahl al-Ghab dans le nord de Hama. Les militaires syriens ont  avancé dans les villages de Tal-Waset et d’al-Ziyara dans le district de Sahl-Ghab, en y détruisant plusieurs sites militaires des terroristes dans les locaux.

En guise de représailles les terroristes ont tiré des roquettes vers deux villes dans la province de Hama, contrôlées par le gouvernement de Damas. Lors de ces frappes, au moins deux fillettes sont mortes. Selon les informations recueillies par l'agence de presse syrienne Sana, les projectiles ont touché les villes d'al-Aziziya et d'al-Rasif, situées dans la banlieue nord-ouest de la province. Trois autres civils ont également été blessés. L’attaque a été organisée par les membres du groupe terroriste Hayat Tahrir al-Cham, lié à al-Qaïda, qui contrôle la province d'Idlib, ainsi que certaines parties des provinces de Hama et d’Alep.

 Lattaquié, la Russie contre l'infiltration du FNL

Mais Hama et Idlib ne sont pas les seuls théâtres d'une intensification de l'action militaire turque contre l'armée syrienne. Parallèlement, l’aviation syrienne et russe a bombardé une base souterraine du groupe terroriste de Front de libération nationale (FNL), soutenu par la Turquie, près de la ville de Madaya, dans le sud d’Idlib. Plus de 15 éléments du groupuscule terroriste ont été tués ou blessés. Cette dernière attaque de l'armée de l'air russe a été menée en représailles d'une tentative d'infiltration menée par le FNL dans le nord de Lattaquié. La province est particulièrement stratégique dans la mesure où elle donne sur la Méditerranée. La Russie y détient une base aérienne que les terroristes soutenus par la Turquie, les Etats-Unis et l'OTAN visent régulièrement. Le tunnel souterrain contenaient, selon des sources un vaste stock d'armes et de munitions.

Interrogé par la presse le vice ministre russe des Affaires étrangères est allé à rebours des récentes déclarations du président turc qui avait affirmé rencontrer instamment sous peu ses homologues russe et iranien atour d'Idlib. « Aucune date n'a été avancée pour le sommet tripartie », a dit Serguei Verchinine, cité par TASS. 


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

France

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik