Un ancien ministre norvégien condamné pour avoir abusé sexuellement de trois demandeurs d’asile
 


Un ancien ministre norvégien condamné pour avoir abusé sexuellement de trois demandeurs d’asile

Svein Ludvigsen a été condamné à cinq ans de prison pour avoir profité de trois demandeurs d'asile, dont un mineur, en exploitant leur situation de vulnérabilité. L'homme clame son innocence et a déjà annoncé vouloir faire appel de la décision.

L’ancien ministre de la Pêche norvégien, Svein Ludvigsen, a été reconnu coupable d’avoir abusé sexuellement trois demandeurs d’asile, âgés de 25 à 34 ans, dont un souffrait d'une légère déficience mentale. Il a été condamné à cinq ans de prison et devra indemniser les victimes à hauteur de 743 000 couronnes norvégiennes (environ 77 000 euros).

L’homme âgé de 72 ans, avait profité de sa position de gouverneur régional de Tromso, un comté situé au nord du cercle polaire, entre 2011 et 2017, et avait exploité la situation vulnérable des trois jeunes hommes. Svein Ludvigsen clame cependant son innocence et a d’ores et dejà promis de faire appel de la décision.
Faveurs contre relations sexuelles

Les faits se sont déroulés au domicile de l’élu, dans un chalet lui appartenant, dans des hôtels et même à la préfecture de Tromso, selon le verdict rendu le 3 juillet et rendu public le lendemain. Face au juge, les victimes ont expliqué avoir répondu aux avances de l’ancien gouverneur pensant pouvoir obtenir un statut de résident permanent. Ils ont déclaré à la cour avoir rencontré leur agresseur alors qu’il était encore gouverneur et qu’il leur avait proposé un logement et un travail en échange de faveurs sexuelles.

L’une des victimes était âgée de 17 ans à l’époque des faits. Au cours du procès, l’homme a admis avoir eu des relations sexuelles avec l’un d’entre eux mais a précisé que ce dernier était consentant. Il a également avoué avoir menti à la police lors de ses témoignages. En revanche, il a nié catégoriquement avoir eu des rapports sexuels avec les deux autres.

Ann-Magrit Austena, secrétaire générale de l’Organisation norvégienne des demandeurs d’asile, s’est félicitée de la décision au micro de la BBC. «Le verdict est important. C’est un abus de confiance extrême, un abus de pouvoir extrême», a-t-elle affirmé. Le politicien avait été arrété au début de l’année 2018 puis avait été remis en liberté un mois plus tard. En novembre de la même année, il avait été inculpé. Son avocat, Kai Vaag, a indiqué, devant les médias norvégiens, vouloir faire appel du verdict.


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik