Les troupes françaises et britanniques seront visées
 


Les troupes françaises et britanniques seront visées

Damas tire la sonnette d’alarme quant à la décision de la France et du Royaume-Uni de déployer de nouvelles troupes sur le sol syrien. 

Le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Meqdad, a mis en garde certains pays européens contre les conséquences de leur récente décision d’envoyer des troupes supplémentaires dans le nord-est de la Syrie.

« J’avertis tous les pays qui projettent d’envoyer des troupes supplémentaires en Syrie : vous commettez une grande erreur et vous déploierez, voire sacrifierez, vos forces sans aucune raison ni justification », a déclaré Fayçal Meqdad, ce dimanche 14 juillet, dans un entretien avec le site Al-Ahed.

« Qu’est-ce que gagnent les pays européens en acheminant leurs troupes en Syrie ? C’est une décision qui a été prise sous l’influence de l’administration américaine et pour plaire à Israël. Continuerez-vous de détruire la Syrie pour protéger vos soldats et militaires ? »

Le vice-ministre syrien des Affaires étrangères a ensuite pointé du doigt certaines monarchies arabes du golfe Persique comme étant responsable des nouveaux déploiements sur le sol syrien, y compris dans les régions contrôlées par les Forces démocratiques syriennes (FDS), les miliciens kurdes pro-occidentaux.

Le Royaume-Uni et la France ont récemment convenu d’envoyer des forces supplémentaires en Syrie pour prendre le relais des troupes américaines après leur retrait. Selon certaines prévisions, le récent envoi de nouveaux équipements pourrait être lié à un possible retrait des États-Unis du nord de la Syrie.

En plus de Londres et de Paris, l’Italie est sur le point de décider d’envoyer ou non des forces supplémentaires, et un certain nombre d’États des Balkans et des pays baltes sont « presque certains d’envoyer chacun une poignée de soldats », selon une source proche de l’administration américaine

Londres et Paris opèrent secrètement en Syrie — les rapports indiquent que les deux pays ont des forces spéciales dans le pays — il est donc peu probable qu’une augmentation des effectifs soit annoncée publiquement.

La nouvelle intervient un jour après que l’Allemagne a rejeté une demande similaire des États-Unis visant à envoyer des troupes au sol en Syrie.

Il y a un mois, le ministre d’État saoudien Thamer al-Sabhan s’est rendu à Deir ez-Zor, où il s’est entretenu à la mi-juin avec l’ex-secrétaire d’État adjoint, Joël Rubin, et l’ex-ambassadeur américain à Bahreïn, William Robak.

Le Pentagone espère que Riyad réussira là où les FDS ont échoué. Le ministre délégué saoudien aux Affaires du golfe Persique s’est entretenu, le vendredi 14 juin, avec certains chefs des tribus arabes et kurdes de la province de Deir ez-Zor dans l’est de la Syrie, annonce ainsi la chaîne d’information qatarie Al-Jazeera citant des sources « bien informées » sur le terrain. Ces sources ont précisé que le ministre délégué saoudien Thamer al-Sabhan a rencontré, vendredi, des représentants des tribus arabes ainsi que des responsables du « Conseil civique de Deir ez-Zor » et des commandants des Forces démocratiques syriennes (FDS).


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

France

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik