Le Parlement européen… Quelle honte !
 


Le Parlement européen… Quelle honte !

Il est très important que le Parlement européen sache qu’en votant cette Résolution, pleine de mensonges et de haine, il s'est aligné sur ceux qui bloquent Cuba, ceux qui s’obstinent à asphyxier le peuple avec leurs sanctions

Ce jeudi, la boue s’est répandue dans le Parlement européen, lors de l’approbation à la majorité une résolution pleine de mensonges dans laquelle il est demandé la « libération immédiate » du contre-révolutionnaire cubain José Daniel Ferrer, un mercenaire au service d'une puissance étrangère, détenu pour des actes de violence, contre l’ordre public et la légalité.

Il semble que les députés européens ignorent qu'il existe des lois à Cuba, qu’une Constitution a été adoptée par le peuple et que, dans aucun cas, une ingérence étrangère pour déterminer son application n’est autorisée.

Ceux qui ont levé la main pour s'immiscer dans les affaires d'un autre pays devraient savoir qu'il s'agit, en l’occurrence, d'un dissident fabriqué par l'ambassade des États-Unis, financé par le Département d'État par l’intermédiaire de l’USAID et autres organisations telles que la NED, lequel s’identifie publiquement à ce qu’il y a de pire dans la mafia cubano-américaine à Miami.

Amis européens, nul besoin de menacer ni de s’immiscer, Ferrer lui-même, dans des vidéos réalisées lors de ses rencontres aux États-Unis, avec ses contacts, eux aussi mercenaires de la Fondation nationale cubano-américaine, reconnaît et s'identifie pleinement à ce qu'il est. Il n’a rien d’un « pauvre homme », car les États-Unis l'ont payé des milliers de dollars pour se mettre au service de la contre-révolution à Cuba.

Ces «  représentants » des pays du Vieux Continent auraient dû savoir, une fois pour toutes, que dans l'Île de la Liberté et de la Résistance, personne n'a été torturé au cours des 60 dernières années.

Personne n'a non plus été condamné à une peine d'emprisonnement sans qu'une enquête en bonne et due forme n'ait été menée et qu'il n'ait été prouvé que cette peine était justifiée.

Il est très important, me semble-t-il, que le Parlement européen sache qu’en votant cette Résolution, pleine de mensonges et de haine, il s'est aligné sur ceux qui imposent un blocus à Cuba, ceux qui s’obstinent à asphyxier le peuple avec leurs sanctions.

Ceux qui fabriquent des « dissidents » de l’acabit de José Daniel Ferrer sont les mêmes vaincus maintes et maintes fois sur tous les terrains, que ce soit militairement à Playa Giron, ou diplomatiquement et politiquement au cours de ces six décennies.

Nous en avons assez d’entendre de tels mensonges. Des boniments de cette ampleur non seulement seront condamnés par notre pays, mais aussi par des nations et des gouvernements amis, qui savent de quoi il s'agit et le but recherché.

Une saine recommandation aux députés européens serait de se concentrer sur la recherche de solutions pour les milliers d'immigrants qui arrivent sur leurs côtes, en provenance d'Afrique et d'Asie principalement, afin que le monde occidental, les pays riches, ceux qui parlent le plus de droits de l'Homme et de démocratie, montrent leurs « vertus » en faveur de l'élimination de la faim, des guerres et des maladies, véritables causes pour lesquelles les habitants de ces régions émigrent.

Lors de la réunion parlementaire, l'eurodéputée tchèque, Dita Charanzova, a déclaré de manière menaçante que « l'UE a envoyé un message fort et doit agir dans le cadre de l'accord avec Cuba si Ferrer n'est pas libéré tout de suite ».

Dans le même esprit, la menace contre Cuba figure dans le communiqué du Parlement européen, dans lequel il est dit que «  les députés européen rappellent que l'Accord de dialogue politique et de coopération entre l'Union européenne et Cuba prévoit sa suspension en cas de violation des droits de l'Homme et demandent instamment à l'UE de veiller étroitement au respect des droits humains et des libertés fondamentales à Cuba ».

Les députés européens ne savent pas non plus que nous, les Cubains, n'avons peur d'aucune menace et que, au contraire, nous savons nous battre et vaincre sur ce front et sur d'autres.

Par ailleurs, il ne semble guère sérieux qu’ils qualifient ce mercenaire de « prisonnier le plus emblématique » et qu'ils s'accrochent à des mensonges tels que l'impossibilité de contacter sa famille (il a reçu des visites, comme le prévoit la réglementation pénitentiaire) ; ou qu'il ne bénéficie pas de soins médicaux et hospitaliers, alors qu’il a eu un suivi médical quotidien et que son alimentation est adéquate.   

Ces mensonges que les députés européens reprennent à leur tour ont été complètement démontés dans la vidéo la plus récente diffusée par les médias cubains.

Quel honte, Parlement européen ! Cuba reste ferme face à tant d'infamies transformées en résolutions pour les besoins et par la grâce de la haine, de l'ingérence et de la soumission aux diktats des États-Unis.

La communauté internationale a toujours su juger les mercenaires et leurs alliés.


Auteur: Elson Concepción Pérez | internet@granma.cu


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik