La vérité sur le pacte entre Trump et Nétanyahou
 


La vérité sur le pacte entre Trump et Nétanyahou

Sous couvert de « plan de paix », Trump et Nétanyahou se sont fondamentalement engagés à tout faire pour que l’un et l’autre soient réélus.

L’intervention du président Trump et du Premier ministre Netanyahou, le 28 janvier à la Maison blanche, entrera sans doute dans l’Histoire. Non pas pour son « plan de paix », aux allures de déclaration de guerre contre le peuple palestinien, de la part d’une alliance américano-israélienne à l’agressivité inédite. Mais parce que rarement deux dirigeants ont affiché à la face du monde un tel pacte personnel d’inébranlable solidarité, et ce au détriment d’une tierce partie, sommée de capituler face à leurs diktats. Il n’était plus question ce jour-là de diplomatie ni, bien sûr, de droit international, mais bel et bien d’un engagement réciproque à tout faire pour que l’un fasse réélire l’autre. Sheldon Adelson, grand mécène de ces deux politiciens, avait ainsi le privilège de pouvoir rester assis au premier rang, quand ce rassemblement de mâles alpha se levait à intervalles répétés pour s’applaudir chaleureusement et s’auto-congratuler de leur réussite.

UN PLAN AVANT TOUT ELECTORALISTE

Ce « plan de paix » a été présenté en pleine procédure de destitution de Trump (dont il a depuis été acquitté) et le jour même où l’inculpation de Netanyahou pour corruption, fraude et abus de confiance est devenue officielle. Mais la manœuvre va bien au-delà de ces coïncidences en soi troublantes, elle vise à consolider la base électorale de 20 à 30% d’inconditionnels qui devrait permettre le maintien au pouvoir de Netanyahou, après les élections du 2 mars, et de Trump, après la présidentielle de novembre prochain. Le socle d’un tel pacte est représenté aux Etats-Unis par les « sionistes chrétiens », soit la droite évangélique ouvertement réactionnaire, dont l’antisémitisme latent gêne  d’autant moins Netanyahou qu’il s’accompagne d’un soutien sans faille à la colonisation de la Cisjordanie, qualifiée de « véritable Terre sainte » (real Holy land). Les Juifs américains sont au contraire profondément divisés par une telle surenchère, à l’exception d’une poignée de milliardaires dont, à l’image d’Adelson, Trump et Netanyahou se sont garanti les faveurs.

Le paradoxe est que l’annexionnisme inscrit dans le « plan de paix » de Trump, alors même qu’il soude les soutiens les plus revanchards du président américain, semble diviser le bloc de Netanyahou : les tenants des faits accomplis, satisfaits de continuer à grignoter les territoires palestiniens, s’inquiètent ainsi des emballements de l’extrême-droite messianique, qui vont les contraindre à officialiser les discriminations imposées de facto à la population arabe. Le Premier ministre, qui avait toujours privilégié, durant ses dix années au pouvoir, les faits accomplis, aux dépens de l’annexion ouverte, a basculé en faveur de celle-ci pour échapper à la nasse judiciaire. Un tel basculement, directement responsable de l’annonce d’un « plan de paix » repoussée déjà deux ans, ne paraît pas à ce stade avoir convaincu les électeurs israéliens. On saura, le 2 mars, si le troisième scrutin général en un an donne enfin une majorité claire à Netanyahou, confortant ainsi son pari sur le « plan » de Trump.

LE DEFI DU JOUR D’APRES

Au-delà de ces considérations de basse politique, l’incapacité de Trump à assurer l’accompagnement de ses déclarations tonitruantes devrait être méditée. Sa reconnaissance, en 2017, de Jérusalem comme capitale d’Israël a entraîné le déplacement de l’ambassade américaine vers la Ville sainte, un précédent suivi à ce jour… par le seul Guatemala. Cet effet d’entraînement pour le moins limité se retrouve dans un « plan de paix » qui demeure virtuel, ne serait-ce que parce jamais aucun Palestinien ne pourra en endosser les clauses. La légèreté avec laquelle Trump a récemment abandonné ses partenaires kurdes de la lutte contre Daech s’aggrave de son acceptation de fait du protectorat de l’Iran sur l’Irak, semant le trouble jusque chez les régimes arabes les plus fidèles aux Etats-Unis. Le refus du « plan de paix » par la Ligue arabe a visiblement surpris à Washington, qui avait à l’évidence sous-estimé l’opposition de la Jordanie, menacée par toute révision du statu quo sur les Lieux saints de Jérusalem.

S’il est un terme que Trump a martelé le 28 janvier aux côtés de Netanyahou, c’est bien celui d’« alliance » pour défendre la « sécurité » d’Israël, un engagement qui contraste avec la brutalité du président américain envers les alliés historiques des Etats-Unis, en Europe et au sein de l’OTAN. La tiédeur de la réaction de tels alliés face à un plan qui menace les fondements mêmes du droit international n’en est que plus incompréhensible. La France et l’Union européenne se grandiraient à reprendre l’initiative, ou au moins à rappeler les valeurs et les principes qui sont les leurs, face à un « plan » dont l’échec se profile déjà, vingt jours après sa proclamation. Il en va de l’avenir du Moyen-Orient, et donc de la sécurité du monde, plutôt que de laisser deux irresponsables, liés par un pacte de survie politique à très courte vue, entraîner toute la région vers le gouffre.

 JEAN-PIERRE FILIU


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik