L'investiture de Puigdemont comme président de Catalogne bloquée par la justice espagnole
 


L'investiture de Puigdemont comme président de Catalogne bloquée par la justice espagnole

Le vote d'investiture à la présidence de la Catalogne qui était prévu pour le 30 janvier a été suspendu par le parquet espagnol. Carles Puigdemont était le seul candidat à cette élection mais il est recherché par la justice de son pays.

La Cour constitutionnelle d'Espagne a suspendu le 27 janvier 2018 la réélection prévue le 30 janvier de Carles Puigdemont comme président de la Catalogne parce qu'il est recherché par la justice pour son rôle dans la tentative de sécession de la région.

L'ancien président catalan, destitué par le gouvernement espagnol dès la proclamation de l'indépendance de la Catalogne le 27 octobre, s'est enfui en Belgique avant qu'un mandat d'arrêt ne soit lancé contre lui.

Il est le seul candidat au poste de président régional et le vote d'investiture était prévu le 30 janvier au parlement catalan où les indépendantistes ont la majorité. Carles Puigdemont envisageait de se faire élire depuis la Belgique par téléconférence ou par procuration.

Un choix cornélien pour Puigdemont
La Cour lui a barré la route dans un arrêt rendu après une journée de débats entre les onze juges présents : «La Cour constitutionnelle a décidé à l'unanimité de suspendre préventivement l'investiture de Puigdemont sauf s'il se présente en personne au parlement, muni d'une autorisation judiciaire préalable», proclame le communiqué diffusé par la Cour.

La seule voie encore ouverte à Carles Puigdemont pour se faire élire serait donc de retourner en Espagne pour se faire arrêter et de demander ensuite la liberté provisoire pour se rendre au parlement. «Les magistrats considèrent indispensable que Puigdemont soit présent en personne devant la chambre et qu'il obtienne à cet effet l'autorisation préalable du juge en charge des poursuites pénales» pour rébellion et sédition qui le visent, précise le texte.

La Cour prévient que «le débat et le vote d'investiture [...] ne pourront pas être menés via des moyens télématiques ou par procuration à un autre parlementaire», ordonne la Cour.

Les magistrats avertissent les autres membres du parlement catalan «de leurs responsabilités, y compris pénales, en cas de désobéissance à cette suspension.» La précédente présidente du parlement régional, Carme Forcadell, fait l'objet de poursuites pour être passée outre les décisions de la Cour.

Par ailleurs, le tribunal a évité de se prononcer dans l'immédiat sur un recours controversé formulé par le gouvernement espagnol de Mariano Rajoy pour faire annuler la désignation de Carles Puigdemont comme candidat. La Cour s'est accordée un délai de 10 jours pour décider d'accepter d'examiner ce recours, présenté malgré l'avis défavorable du Conseil d'Etat.

Une investiture «illégitime», selon le Conseil d'Etat
Dans l'intervalle, la Cour examinera le recours présenté par les députés du parti de Carles Puigdemont, Ensemble pour la Catalogne, en riposte à celui du gouvernement. Les magistrats expliquent qu'ils accepteront d'entendre les arguments des députés, «y compris de Carles Puigdemont.»

Le Conseil d'Etat a estimé qu'il tentait là un recours préventif interdit par la Constitution.

«Même la Cour constitutionnelle a rejeté la supercherie légale de la Moncloa», le siège du gouvernement espagnol, a réagi Carles Puigdemont sur son compte Twitter.

Mariano Rajoy, sur le même réseau social, a écrit que «le gouvernement continuerait à faire son devoir qui est de faire respecter la loi.»


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

France

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik