Facebook : retour sur les 10 scandales de l’année 2018
 


Facebook : retour sur les 10 scandales de l’année 2018

L’année 2018 sera un grand cru pour Facebook. La plateforme cumule depuis le mois de février des frasques toutes plus scandaleuses les unes que les autres. Même aux portes de 2019, il semblerait que la firme soit encore en train d’essuyer de nouvelles révélations qui pourrait bien ternir son image. Voici un petit florilège des 10 scandales qui ont émaillé l’année de Facebook en 2018.

1. Février 2018 : l’ingérence russe dans les élections américaines

Le procureur Robert Mueller, chargé de l’enquête sur l’implication de la Russie dans les élections présidentielles américaines, révèle le rôle de Facebook dans l’ingérence russe. L’enquête indique comment 13 employés de l’Internet Research Agency (IRA) ont créé de faux comptes et personas américains sur Instagram, Facebook, Twitter et YouTube pour dresser les internautes américains les uns contre les autres, entre fausses informations et polémiques.

2. Mars 2018 : Le scandale Cambridge Analytica

Le New York Times et le Guardian révèlent comment la firme Cambridge Analytica a fait usage des données de millions d’utilisateurs, sans leur autorisation, en déployant un test de personnalité sur Facebook. C’est avec le scandale Cambridge Analytica que la plupart des internautes découvrent que la firme n’est pas la seule à avoir eu accès à ce type de données. Jusqu’en 2015, Facebook offrait aux développeurs un large accès aux données des utilisateurs. La Commission fédérale du commerce, le Congrès américain et les tribunaux internationaux s’emparent de l’enquête et convoquent Mark Zuckerberg pour avoir sa version des faits.

3. Juin 2018 : Des accords douteux avec des fabricants

Le New York Times enfonce le clou de ses enquêtes sur Facebook en dévoilant que la firme passait des accords avec des fabricants d’appareils comme Apple, Microsoft, Amazon ou encore BlackBerry, leur octroyant des accès privilégiés à des données utilisateurs, obtenues sans le consentement de ces derniers.

4. Juillet 2018 : Les accords douteux, acte II

En Juillet 2018, l’affaire prend une nouvelle ampleur quand Facebook décide d’informer lui-même le Congrès qu’il avait passé des accords spéciaux en matière de données personnelles avec des dizaines d’entreprises, notamment le géant russe Mail.ru, dont le principal investisseur était lié au président Vladimir Poutine. Ces entreprises auraient eu elles aussi droit à un accès étendu des données des utilisateurs même après 2015, date à laquelle Facebook avait supposément fermé ce service.

5. Septembre 2018 : Facebook retire 5000 critères de ciblage publicitaire

L’Union américaine pour les libertés civiles accuse Facebook de favoriser la discrimination à l’embauche avec des options de ciblages publicitaires arbitraires. Les annonceurs pouvaient en effet cibler leurs annonces d’offre d’emploi sur des critères très précis comme la religion, le sexe, l’âge, la localité etc. Depuis cette plainte déposée, Facebook a retiré plus de 5000 critères de ciblages.

6. Septembre 2018 : vague de piratage de comptes utilisateurs

Facebook essuie cette fois une grande vague de hacks ayant exploité les bugs de la plateforme. 50 millions de comptes ont ainsi été piratés et les hackers pouvaient notamment accéder à des applications tierces en utilisant Facebook Login.

7. Octobre 2018 : les métriques vidéos trafiquées

Un autre mois, un autre scandale. Ce mois d’octobre, Facebook s’est vu accusé d’avoir gonflé en 2016 les statistiques des vues des vidéos diffusées sur le réseau social. La surestimation du temps moyen passé à regarder des vidéos aurait été gonflée de 60 à 80 %. Des documents révèlent toutefois que ces chiffres auraient été gonflés jusqu’à 9 000 %.
8. 9. et 10. Décembre 2018 : documents internes, bug et accords douteux acte III

Décembre 2018, le bouquet final. Au début du mois, le Parlement britannique a saisi plus de 250 pages de documents internes renfermant des mails et diverses communications entre les employés et dirigeants de Facebook. Les mails saisis démontrent que Facebook offrait aux principaux annonceurs un accès privilégié aux données des utilisateurs, comme l’avait déclaré le New York Times.

Plus tard ce même mois, un bug de la plateforme rend accidentellement accessible les photos de plus de 6,8 millions d’utilisateurs à des développeurs d’applications tierces. Plus de 1 500 apps ont pu avoir accès à des photos, même privées, stockées sur Facebook. Le bug avait depuis été réparé en septembre dernier, mais Facebook a préféré attendre 2 mois avant d’en informer ses utilisateurs.

L’année n’est pas encore terminée, mais Facebook se retrouve à nouveau dans la panade avec de nouvelles révélations du New York Times. Le journal continue son enquête sur les accès aux données personnelles des utilisateurs de Facebook octroyés aux grandes entreprises. Il semblerait que certaines d’entre elles pouvaient notamment accéder et même effacer des messages privés. Plus grave encore, ces services avaient encore cours jusqu’à cet été 2018, alors qu’ils étaient officiellement fermé depuis le mois d’avril.

 Cyrielle Maurice / 21 décembre 2018


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik