Renationalisation partielle d’EDF : l’Elysée reprend la main sur le nucléaire
 


Renationalisation partielle d’EDF : l’Elysée reprend la main sur le nucléaire

Le fleuron français de l’énergie prépare une réorganisation en profondeur. Objectif : isoler le risque financier que représente aujourd’hui le nucléaire et mieux contrôler les prix de vente de l’électricité. Une opération à hauts risques pilotée par l’Elysée.

La politique du « en même temps », appliquée par le gouvernement, prend parfois une curieuse tournure. Alors que les députés ont adopté la semaine dernière la loi Pacte, autorisant la privatisation du groupe Aéroports de Paris (ADP), Emmanuel Macron s’apprête, selon nos informations, à donner son feu vert à un mouvement de renationalisation, au moins partielle, des activités nucléaires d’EDF.

Un sacré retour en arrière. Le groupe avait été privatisé en 2004 pour anticiper l’ouverture des marchés de l’énergie. « Le président de la République y tient, affirme une source proche du dossier. Il considère que le nucléaire est une activité régalienne qui ne doit pas subir les sursauts de la bourse ou des marchés. »

Nom de code du projet : «Hercule»

L’objectif est également de sortir EDF de l’ornière de la dette, qui s’élève à 37 milliards d’euros (Mds€), et de la montagne d’investissements à venir, un « mur » de 100 Mds€. « Reste quelques détails à peaufiner, mais le montage global est validé, reprend cette même source. » Jean-Bernard Lévy n’aurait d’ailleurs pas hésité à y jouer sa reconduction pour quatre ans à la tête du groupe. Le projet porte même un nom de code : « Hercule ».

À la demande de l’Etat, actionnaire à 83,7 %, EDF a diligenté plusieurs organismes financiers avec lesquels il travaille, dont la Société Générale, JP Morgan, UBS, Oddo ou encore Natixis (ce dernier ayant en charge le portefeuille des actionnaires salariés), pour élaborer différents scénarios. « Celui sur lequel tout le monde travaille, EDF et APE en tête, et qui a le plus de crédibilité d’un point de vue juridique et financier, explique une autre source bien informée, c’est la mise en place d’une holding mère. »

Une renationalisation complète qui coûterait cher

Celle-ci ne serait pas forcément à 100 % publique. En tout cas pas tout de suite. « La renationalisation complète du nucléaire est un dossier très sensible, reprend cette même source. Et puis cela coûterait une fortune de retirer les 15 % de capital qui sont en bourse par le biais d’une offre publique de retrait, ou OPR. Sans parler de la prime à verser aux actionnaires minoritaires. Sur une valeur boursière totale de 37 Mds€, cela ferait 6 à 8 Mds€ à débourser pour l’Etat. »

Quelle que soit la part de l’Etat, cette structure de tête accueillerait le nucléaire et sa commercialisation sur le marché de gros. Peut-être également les grands barrages hydrauliques. « Elle détiendrait par ailleurs, là aussi majoritairement mais pas forcément à 100 %, une participation dans une société fille, détaille encore la source. Celle-ci porterait la commercialisation auprès des clients, particuliers et professionnels. Ainsi que les participations dans les réseaux, RTE et Enedis. » Enedis, en charge de la distribution de l’électricité, pourrait d’ailleurs à terme, suivre la voie inaugurée par RTE (le transport), et ouvrir son capital aux investisseurs privés, une demande répétée de la Commission européenne pour faciliter la concurrence.

Top départ le 28 mai

Même le calendrier est arrêté, confirmé à notre journal par Martin Vial, le patron de l’Agence des participations de l’Etat (APE), ainsi que par le cabinet du ministre de l’Économie Bruno Le Maire. Première étape : le 28 mai, deux jours après les élections européennes.

À cette date à laquelle se tiendra une réunion du Comité de la stratégie du Conseil d’administration. Ce comité- dans lequel siègent Jean-Bernard Lévy, le PDG d’EDF, et Martin Vial, commissaire aux participations de l’Etat, mais également des représentants syndicaux -, donne son avis sur les grandes orientations stratégiques du groupe.

Le projet doit être finalisé cette année

Le 7 juin, les principales modalités de la réorganisation seront présentées aux 200 « tops managers ». Puis le 20 juin, ce sera au tour des organisations syndicales de bénéficier d’une explication de texte. « Le gouvernement a demandé à la direction d’EDF d’avoir la proposition d’entreprise d’ici la fin de l’année », précise encore une dernière source. Étape suivante : Bruxelles en 2020. Pour une mise en œuvre prévue en 2021. Si tout se passe bien.

Contactés, l’Elysée, mais aussi son secrétaire général Alexis Kohler, Matignon, ainsi que le ministère de la Transition énergétique, n’ont pas répondu à nos sollicitations. EDF de son côté n’a pas souhaité faire de commentaire.


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

France

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik