La 23e édition du Forum économique de Saint-Pétersbourg est lancée
 


La 23e édition du Forum économique de Saint-Pétersbourg est lancée

 Le «Davos russe» débute ce 6 juin à Saint-Pétersbourg. Si aucun membre du gouvernement français ne sera présent, les chefs d'entreprises seront du voyage.

Le Forum économique de Saint-Pétersbourg, plus grande réunion économique de l’année en Russie, débute ce 6 juin et se tiendra pendant deux jours dans l’ancienne capitale impériale. Cette année, 17 000 participants venant de 75 pays se sont donnés rendez-vous pour ce «Davos russe». L’objectif est de favoriser le développement les relations économiques bilatérales entre la Russie et les autres nations.

Les principaux invités de cette 23e édition du forum seront le président chinois Xi Jinping et le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres. Côté français, l’ambassadrice de la France en Russie, Sylvie Bermann, devrait être présente mais ni Emmanuel Macron, contrairement à l’année dernière, ni aucun de ses ministres ne seront du déplacement. Plusieurs chefs d’entreprise de l’Hexagone, parmi lesquels Frédéric Oudéa, PDG de la Société Générale ou Patrick Pouyanné, patron de Total, qui était également présent à la réunion du groupe Bilderberg il y a quelques jours, seront eux aussi de la partie tout comme des délégations d’Air liquide, de Thalès ou encore de Renault.

La conférence sera orientée autour de grands thèmes comme «l’économie mondiale à la recherche d’équilibre», «l’économie russe : atteindre les objectifs de développement national» ou encore «les technologies qui façonnent l’avenir». Ils seront débattus lors de tables rondes, de dialogues d’affaires ou encore de séances de travail. En 2018, 593 contrats ont été signés durant le forum.

Lors de sa venue au forum en 2018, le président français avait appelé les entreprises nationales à investir massivement en Russie. Ces investissements se sont élevés à 15 milliards d'euros pour la seule année 2018.

Après une reprise de la croissance russe en 2017, après deux années de récession, celle-ci s’établit à 0,5% sur un an, au premier trimestre 2019. Vladimir Poutine doit financer ses grand «projets nationaux», déclinés en douze catégories dont la santé et les infrastructures, pour un montant total de 400 milliards de dollars d’ici 2024, dont 115 milliards pourraient venir d’investissements privés, russes ou étrangers.


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

France

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik