'J’arrivais en cours en larmes' : précarité étudiante, une vie sur le fil
 


'J’arrivais en cours en larmes' : précarité étudiante, une vie sur le fil

Des étudiants témoignent de leurs conditions de vie alors que plusieurs rassemblements ont lieu ce mardi en mémoire de ce jeune homme de 22 ans qui a tenté de s’immoler par le feu à Lyon pour dénoncer une précarité grandissante.

Pendant sa première année d'études supérieures en archéologie et anthropologie, Laura est devenue familière des petits pains au fromage à quelques centimes du supermarché Lidl en face de sa fac. Ils lui servaient de déjeuner les jours où les 3 à 5 euros de la cafétéria, c'était déjà trop. La précarité étudiante, cette Lyonnaise âgée de 24 ans l'a donc bien connue.

C'est ce qui l'a poussée à arrêter ses études, en début de licence 2. Et qui a conduit un jeune homme de 22 ans à tenter de s'immoler par le feu, le 8 novembre dernier, devant un restaurant universitaire à Lyon. Ce mardi, le syndicat Solidaires étudiant.e.s appelle à se rassembler devant tous les Crous de France, en soutien à cet étudiant aujourd'hui entre la vie et la mort, brûlé à 90 %. En 2017, selon l'Unef, 20 % des étudiants vivaient en dessous du seuil de pauvreté.

Quand elle commence sa licence, à Lyon, Laura vit encore chez ses parents. Sa mère, auto-entrepreneuse, essaie de lancer son entreprise de traiteur, elle travaille très peu. Son père gagne « trop bien sa vie » pour que la jeune femme puisse être éligible à une bourse. Mais pas assez pour financer ses études, au-delà des frais d'inscriptions, très peu élevées, à l'université. Laura doit se débrouiller pour les transports et les repas.
Manger du riz ou des pâtes instantanées

Elle essaie de faire des petits boulots, « des extras dans des bars ou des restaurants ». Elle aurait pu demander une dispense d'assiduité, pour travailler davantage. « Mais j'étais déjà une élève plutôt moyenne, je ne voulais pas me mettre encore plus en difficulté en ratant des cours pour travailler », explique-t-elle. Elle préfère se priver un peu le midi, quand cela devient trop difficile. Mais surtout ne rien demander à ses parents qui « se sont toujours saignés » pour elle, son frère et sa sœur.

Selon une étude menée par la Mutuelle générale de l'Education nationale (MGEN), 68 % des étudiants sautent des repas de temps à autre, comme Laura, et seulement 60 % disent « manger un peu de tout ». Pour ceux qui ne vivent plus chez leurs parents, cela se traduit souvent par du riz, des pommes de terre ou « des pâtes instantanées à 30 centimes », confie Margot, 26 ans, en 2ème année de thèse d'histoire de l'art contemporain.

Compter même les dépenses de santé

Jusqu'à son master 1, la jeune fille bénéficiait pourtant d'une bourse de 550 euros par mois -l'échelon le plus élevé. Mais une fois le loyer, l'électricité de son logement mal isolé, l'abonnement à Internet - indispensable aujourd'hui pour étudier - et les transports payés… il ne reste pas grand-chose pour vivre. Au quotidien, ce sont des petits arrangements permanents : pas de loisirs, ou alors que des activités gratuites, des vêtements d'occasion et de bons amis pas trop maladroits pour se faire couper les cheveux.

Une vie sur le fil, qui ne permet aucun écart. « Les mois où il faut acheter des livres pour la fac sont compliqués », explique Margot. Ceux où sa vieille voiture tombe en panne encore plus. Mais impossible de s'en séparer : elle en a besoin pour se rendre à l'Ephad où elle fait des remplacements pour compléter son revenu. Même les soins de santé passent à la trappe : selon l'Insee, 13,5 % des étudiants ont déjà renoncé à aller chez le médecin pour des raisons financières. Margot, elle, n'a pas vu de gynécologue depuis quatre ans.

Friser le burn-out

Au bout de plusieurs années d'études à tout compter, mal s'alimenter, travailler sur les jours de pause… C'est le stress et l'épuisement qui l'emportent. Margot n'a pris que 6 jours de congé, l'été dernier, depuis le début de ses études il y a 7 ans. En 2ème année de master, elle a commencé à faire des ulcères à l'estomac à répétition.

Pauline, étudiante boursière en master d'études de cinéma à Lyon a fait « une sorte de burn-out » pendant sa 3e année de licence. A ce moment-là, elle aussi cumulait un job de caissière à Franprix, 15 heures par semaine, et ses études. Une année difficile : « J'arrivais en cours en larmes, se souvient-elle. J'étais épuisée, je m'énervais tout le temps pour rien… Ça a bousillé mon année ». Ses résultats en ont pâti.


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik