L’assassinat du général Soleimani entraînera des évolutions inattendues
 


L’assassinat du général Soleimani entraînera des évolutions inattendues

Les évolutions importantes survenues dans la région de l’Asie de l’Ouest depuis l’assassinat du chef de la Force Qods et du commandant adjoint des Unités de mobilisation populaire irakien montrent que les ennemis de l’axe de la Résistance ont commis une erreur de calcul dangereuse.

La Syrie, l’Irak, le Yémen et l’Afghanistan ont tous connu ces dernières semaines des évènements sans précédent :

En Irak, l’incident le plus important a été l’attaque au missile de l’Iran contre la base aérienne Ain al-Asad dans la province Al-Anbar. Quatre semaines après, les responsables américains n’ont pas encore fourni un bilan officiel exact des victimes des treize missiles iraniens tirés sur cette base. Après un démenti initial sur leur nombre, les responsables US qui ont depuis mis à jour à plusieurs reprises leur bilan, ont jusqu’à présent admis que 64 de leurs soldats, avaient subi une commotion cérébrale. Le 5 janvier, deux jours après l’assassinat des commandants iranien et irakien à la sortie de l’aéroport de Bagdad, le Parlement irakien a voté lors d’une séance historique pour l’expulsion des troupes américaines du pays.

La situation en Syrie tourne également au profit de l’axe de la Résistance et l’armée syrienne a fait de grandes avancées ces dernières semaines. Au cours du dernier mois, les villes de Khan Touman, Maarat al-Numan, Khan Cheikhoun ont été libérées. Avec le déploiement massif des troupes de l’armée et l’appui aérien de l’aviation russe, la ville stratégique de Saraqib sera bientôt libérée. Ce qui constitue un prélude à la libération complète de la province d’Idlib. 

Des combats d’envergure au Yémen contre la coalition saoudienne ont également été lancés à la suite de l’assassinat du général Soleimani. Les combattants de l’armée et d’Ansarallah ont réussi à liquider, en six jours, 1500 militaires et mercenaires à la solde de la coalition dans une opération que les experts qualifient de « sans égale depuis la Seconde Guerre mondiale », eu égard l’ampleur de la zone couverte et en raison aussi du bilan : 18 brigades et divisions démantelées, des centaines de véhicules blindés détruits, une imposante quantité d’armes, de munitions et d’équipements militaires saisis...

La situation de Washington en Afghanistan n’est pas bonne non plus. Il semble bien que « la gifle » donnée par Téhéran avec l’attaque de la base US d’Ain al Asad et sa revendication publique et rapide ait donné du courage et de l’audace aux Afghans pour attaquer les occupants chez eux. Les attaques contre les troupes américaines en Afghanistan ont-il est vrai augmenté de manière sans précédent, ont rapporté dimanche les médias, citant SIGAR (Inspecteur général spécial pour la reconstruction de l’Afghanistan).

En ce qui concerne la situation dans les territoires palestiniens occupés, bien que l’annonce officielle du Deal du siècle soit une mesure dangereuse, cela fournira également une opportunité aux Palestiniens pour qu’ils finissent leur travail inachevé avec Israël.

Certains ont analysé l’assassinat du général du corps d’armée, Qassem Soleimani dans le cadre de la mise en œuvre du Deal du siècle, affirmant que « l’Amérique a tranquillement annoncé le Deal du siècle après l’assassinat du commandant de la Force Qods du CGRI ». La récente conversation du successeur de Soleimani, le général Ismaïl Qaani, avec les chefs de la résistance palestinienne, une conversation qui devait avoir un message très important, a montré que cette région malgré la mort en martyr du général Soleimani attendait des événements fatidiques pour les mois à venir.


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik