Allemagne : plusieurs blessés après une manifestation anti-charbon

Une manifestation de milliers de militants anti-charbon dans l’ouest de l’Allemagne s’est achevée samedi soir après une journée de colère contre l’extension d’une mine à ciel ouvert et des accrochages en marge du rassemblement auquel participait la militante suédoise Greta Thunberg, faisant plusieurs blessés.

Le face-à-face tendu samedi soir 14 janvier avec les policiers sur le site aussi spectaculaire que dangereux de cette mine de lignite s’est poursuivi jusqu’à la nuit tombée malgré la pluie, la boue et vent soufflant en tempête, ont constaté des journalistes de l’AFP.

« Il y a des blessés des deux côtés, mais nous ne savons pas encore combien et à quel point », a déclaré le porte-parole de la police à l’AFP.

Le collectif Lützerath lebt fait état de dizaines de blessés dans les rangs de militants, notamment à cause de morsures de chien et des canons à eau.

Au moins une vingtaine de militants ont été conduits à l’hôpital, a déclaré Birte Schramm, une secouriste du mouvement d’occupation du village. Elle précise que certains d’entre eux, « battus par les policiers à l’estomac et sur la tête », souffraient de blessures « pouvant mettre leur vie en danger ».

Sur des images de télévision, une rangée de policiers en tenue anti-émeute, casqués et équipés de boucliers, étaient aux bords de la fosse de plusieurs dizaines de mètres, face à une foule de manifestants.

Les forces de l’ordre empêchaient également l’accès au hameau de Lützerath, fermé par des grilles et occupé par plusieurs dizaines d’activistes. Le lieu est en cours d’évacuation par les forces de l’ordre depuis le milieu de semaine. C’est en soutien à cette occupation que la manifestation avait été organisée samedi.

Le site de Lützerath, situé dans le bassin rhénan, entre Düsseldorf et Cologne, doit disparaître pour permettre l’extension de la mine de lignite exploitée par l’énergéticien allemand RWE.

« Il est honteux que le gouvernement allemand conclue des accords et des compromis avec des entreprises telles que RWE », a lancé Greta Thunberg en bonnet et blouson noir, depuis une tribune.

« Le charbon de Lützerath doit rester dans le sol », a-t-elle lancé aux manifestants, appelant à ne pas sacrifier le climat « à la croissance à court terme et à l’avidité des entreprises ».

Portugal : manif des enseignants contre la condition de vie

Par ailleurs, des milliers d’enseignants portugais sont descendus dans les rues de Lisbonne pour exiger des salaires plus élevés. Dans tout le pays, ils ont afflué dans les rues de Lisbonne, après plusieurs jours de grève partielle, pour exiger de meilleures conditions de travail et des salaires plus élevés.

Dans un nouveau coup porté au gouvernement portugais, des dizaines de milliers d’enseignants et de personnel scolaire portugais ont envahi les rues de la capitale Lisbonne pour exiger des salaires plus élevés et de meilleures conditions de travail lors de l’une des plus grandes manifestations de ces dernières années.

Au cours de la manifestation pacifique, organisée par le Syndicat de tous les professionnels de l’éducation (STOP), les manifestants brandissaient des banderoles et criaient des slogans en exhortant le ministre de l’Éducation Joao Costa à se retirer.

Les enseignants de l’échelle salariale la plus basse gagnent environ 1 100 euros par mois et même les enseignants de la tranche supérieure gagnent généralement moins de 2 000 euros par mois. Les manifestants disent que les salaires actuels sont trop bas, en particulier compte tenu de la crise du coût de la vie.

« Les enseignants méritent un salaire équitable parce que nous avons travaillé toute notre vie... nous n’avons jamais été corrompus et nous n’avons jamais volé comme le mauvais exemple qui vient malheureusement des politiciens », a déclaré Maria Duarte, professeur d’histoire de 62 ans.

Les socialistes, dirigés par le Premier ministre Antonio Costa, ont remporté une majorité parlementaire absolue lors d’une élection il y a un an, mais le gouvernement a connu un parcours cahoteux depuis lors, avec 13 ministres et secrétaires d’État quittant leurs fonctions, certains en raison d’allégations d’inconduite passées ou pratiques douteuses.

« Il serait bon que les dirigeants qui regardent cette manifestation réfléchissent très attentivement à ce qu’ils vont faire ensuite car nous voulons que cela ait des résultats concrets ; nous voulons que des mesures sérieuses soient prises », a déclaré le professeur de mathématiques Aitor Matos.

L’homme de 47 ans a déclaré que les enseignants « perdaient constamment des revenus » et étaient souvent placés dans des écoles éloignées de chez eux.

Les manifestants, certains vêtus de noir pour pleurer l’état du secteur de l’éducation, ont déclaré que le gouvernement n’avait pas fait grand-chose pour améliorer leur situation.

« Nous devons être respectés », a déclaré l’enseignante spécialisée Lucinda Lopes, 52 ans. « Ils doivent nous donner ce qui nous revient de droit et ils ne peuvent pas nous enlever le peu que nous avons », a-t-elle poursuivi.

Les enseignants de tout le pays sont en grève depuis début décembre, empêchant de nombreux élèves d’assister aux cours. Le ministre de l’Éducation a déclaré vendredi qu’il pourrait contraindre certains enseignants à reprendre le travail en décrétant des services minimaux.


:

Poste similare


Photos de l'article

Video de l'article