Fraternité et coopération : un horizon partagé entre Cuba et l'Angola

Le président angolais João Lourenço, en visite à Cuba, a rencontré hier des jeunes de son pays qui font leurs études à l'École latino-américaine de médecine (ELAM), qui forme actuellement environ 2 000 étudiants angolais.

Le président angolais João Lourenço, en visite à Cuba, a rencontré hier des jeunes de son pays qui font leurs études à l'École latino-américaine de médecine (ELAM).

Le ministre des Affaires étrangères Manuel Domingos, la ministre de l'Enseignement supérieur, des Sciences, de la Technologie et de l'Innovation, Maria do Rosario Bragança, et José César Augusto, ambassadeur de l'Angola à Cuba, étaient également présents.

Environ 2 000 étudiants angolais suivent actuellement une formation sur l'Île et, à ce jour, 8 000 professionnels de cette nation africaine ont reçu leur diplôme dans des domaines tels que la santé, l'éducation, la construction et autres.

En 1999, alors que les ravages provoqués par les ouragans Mitch et George étaient encore visibles, Fidel a réitéré son engagement envers l'humanité, soulignant que Cuba n’enverrait pas seulement des médecins dans les pays défavorisés, mais consacrerait aussi des efforts à la formation du capital humain étranger, sous les préceptes de la solidarité cubaine et la science : c’est ainsi qu’est née l'École latino-américaine de médecine.

En plus de 20 ans d'existence, plus de 30 000 médecins de plus d’une centaine de pays ont été formés par cette institution. Des professionnels qui reviennent dans leurs lieux d'origine comme ambassadeurs de la santé, de la science et de la conscience.

Nombreux sont ceux qui ont reconnu le rôle joué par les professionnels africains issus de cette école dans leur pays d'origine. Le président angolais João Lourenço, lors de sa visite à l'ELAM, a appelé les étudiants de son pays à apprendre les préceptes de la science et de la conscience cubaines, au service de la santé, notamment de la santé spirituelle.

Ces valeurs, qui rendent éternellement jeune l'homme qui a conçu l'idée de l'ELAM, sont les mêmes que celles qui poussent aujourd'hui les diplômés de cette école à appeler Cuba « notre République », dans une déclaration émise en juin 2019 contre la Loi Helms-Burton et face aux accusations de Trump de « trafic humain ».

Aujourd'hui, alors que la droite regarde avec haine le médecin formé à Cuba, cette phrase avec laquelle Fidel avait accueilli les premiers étudiants à l’ELAM est plus que jamais d’actualité : « Plus que des médecins, ils seront les gardiens du bien le plus précieux des êtres humains ; des apôtres et des créateurs d'un monde plus humain ».

DES AVANTAGES POUR DE NOUVELLES RELATIONS D'AFFAIRES

Les avantages pour les entreprises offertes par la Zone spéciale de développement de Mariel (ZSDM) ont été salués par le président de l'Angola, qui a également pris connaissance des progrès réalisés dans les investissements en cours.

Accompagné du ministre cubain du Commerce extérieur et des Investissements étrangers, Rodrigo Malmierca Diaz, le président João Lourenço a reçu des informations détaillées de la part d’Ana Teresa Igarza Martinez, directrice générale de la ZSDM sur les facilités accordées aux investisseurs et les services offerts aux clients, selon l’Agence cubaine d’informations (ACN).

Igarza Martinez a expliqué qu’a ce jour 46 entreprises ont été créées, dont 22 fournissent déjà des services, et qu'un total de 20 pays sont représentés parmi ces entités, et elle a invité le président angolais à faire de son pays le 21e pays à s’installer dans ce site.

La ZSDM est un projet d'une importance significative pour Cuba, caractérisé par la planification et la rigueur technique et politique avec laquelle il a été conçu, a déclaré Rodrigo Malmierca aux visiteurs.

Par:  Mauricio Escuela


:

Poste similare


Photos de l'article

Video de l'article