En raison de la propagation du coronavirus, l’Égypte a reti

Depuis la fin de la semaine dernière, le Caire retire ses militaires de la Libye après l’annonce de la propagation du coronavirus. Les forces égyptiennes se battaient aux côtés de « l’armée nationale libyenne » dirigée par le général Khalifa Haftar contre les forces loyales au gouvernement d’union nationale (GNA) présidé par Fayez al-Sarraj, à l’ouest de la Libye.

Deux avions militaires égyptiens ont transféré mercredi et jeudi nombre de militaires égyptiens de la Libye vers la base militaire Mohamed Naguib dans la province de Matrouh en bordure de la Méditerranée, et les a mis en quatorzaine, a rapporté al-Arabi al-Jadida citant des sources.

« Les forces armées égyptiennes ont transféré une grande quantité de matériels médicaux et de désinfectants dans l’est de la Libye », ont déclaré ces sources.

Simultanément au retrait de forces égyptiennes, plusieurs militaires soudanais et sud-soudanais ont été transférés ces dernières semaines en Libye, selon ce rapport.

« Le chef du renseignement égyptien, le général Abbas Kamel, s’est rendu la semaine dernière au Soudan et au Soudan du Sud en vue de transmettre un message du président égyptien Abdelfattah al-Sissi aux dirigeants de ces deux pays », selon certaines sources.

Lors de sa visite, le général Kamel a rencontré les commandants des groupes armées sud-soudanais, le président du Conseil de souveraineté du Soudan, Mohamed Hamdan Daqlo, et le commandant des forces de réaction rapide. Lors de cette rencontre, il a été décidé de déployer plusieurs guerriers soudanais en Libye, pendant 4 mois.

D’autre part, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a demandé à l’instar de la délégation onusienne aux parties belligérantes de cesser les affrontements afin de pouvoir enrayer la propagation du coronavirus.

Depuis le renversement en 2011 de l'ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi, la Libye a été divisée en deux gouvernements à l’ouest et à l’est: le gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu internationalement, présidé par Fayez al-Sarraj à Tripoli, et le gouvernement de Tobrouk qui soutient le général Haftar.

Les forces de Haftar ont lancé le 4 avril 2019 une attaque contre la capitale Tripoli où est situé le siège du gouvernement d’al-Sarraj.


: