Avec la nouvelle normalité, la responsabilité ne change pas de phase

Dans leurs interventions à la Table ronde télévisée pour expliquer les nouvelles décisions qui ont été adoptées, le Président et le Premier ministre ont appelé à la responsabilité individuelle et collective et à continuer à respecter les pratiques sanitaires pour empêcher la propagation de l'épidémie.

Une nouvelle étape, et pas n'importe laquelle, mais une étape décisive pour faire face à la pandémie et pour l'avenir immédiat de Cuba, vient de commencer.

Forts de plusieurs mois d’un travail intense et ininterrompu, de longues heures d'analyse, d'accumulation d'expériences et de mesures en constant perfectionnement, nous nous retrouvons face à une réalité bien différente de celle à laquelle nous étions habitués : la nouvelle normalité.

Plusieurs aspects distinguent le passage à cette étape (qui concerne 12 provinces cubaines et la municipalité spéciale de l’Île de la Jeunesse), mais aucun ne le définit mieux que l'adoption d'un nouveau code et d'un nouveau mode de vie. En d'autres termes, il s'agit de repenser notre vie quotidienne, d'y intégrer, non comme des modes d'action temporaires, mais comme des routines essentielles, tous les apprentissages qui nous ont permis d'arriver jusqu’ici.

Après ce que nous avons vécu, nul ne doit sous-estimer le danger que représente le virus. Notre peuple est suffisamment informé et préparé pour ne pas basculer dans des comportements naïfs en se laissant emporter par un excès de confiance.

Dans leurs interventions à la Table ronde télévisée pour expliquer les nouvelles décisions adoptées, le Président et le Premier ministre ont appelé à la responsabilité individuelle et collective et à continuer à respecter les pratiques sanitaires pour empêcher la propagation de l'épidémie.

Soyons unis dans la conviction qu'il est possible, même dans les circonstances d'une urgence sanitaire mondiale, de réactiver les services, la production, oxygéner notre économie, tout en étant conscients que nous continuons, en tant qu'État et en tant que peuple, à faire face à la COVID-19 et que le danger est toujours présent.

Comme l’a souligné le président Diaz-Canel : « Pour un peuple comme le nôtre, solidement uni, rien n’est impossible, aucun obstacle n’est insurmontable ».

Leidys Maria Labrador Herrera


: