Cuba met en échec deux opérations de trafic de drogue

Plus de deux tonnes de marijuana ont été saisies au cours de deux tentatives de trafic international de drogue à l'extrême est de Cuba en moins d'une semaine, l’une après la poursuite d'une vedette rapide repérée dans la nuit du 9 octobre, dont les occupants ont jeté leur cargaison à la mer avant de se diriger vers le nord, et l’autre le 16.

Plus de deux tonnes de marijuana ont été saisies au cours de deux tentatives de trafic international de drogue à l'extrême est de Cuba en moins d'une semaine, l’une après la poursuite d'une vedette rapide repérée dans la nuit du 9 octobre, dont les occupants ont jeté leur cargaison à la mer avant de se diriger vers le nord, et l’autre le 16, lorsque les Troupes garde-frontières (tgf) ont intercepté et capturé une autre embarcation équipée de deux moteurs hors-bord, avec ses trois membres d’équipage étrangers et la cargaison.

Le 9 octobre à 21h38, les radars ont détecté une embarcation rapide longeant la côte sud-est de l’Île, se dirigeant vers le nord. Plus tard, un hors-bord à deux moteurs, avec trois ou quatre occupants, a été aperçu et pris en chasse par des unités navales conjointes des Garde-frontières de la région orientale pendant une heure, avant qu’elle ne disparaisse des radars, car elle se déplaçait à grande vitesse et au milieu de la nuit, et s'est rapidement éloignée de notre territoire.

Dans le cadre de la coopération internationale menée par Cuba dans ce domaine, un message sur cet incident et les caractéristiques de la cible navale a aussitôt été transmis à la Garde côtière de Miami et à la Force Royale de défense des Bahamas, les trafiquants de drogue pouvant s'être dirigés vers l'un de ces territoires. Ce type de communication a abouti par le passé à l’interpellation des trafiquants.

UNE STRATÉGIE DE SYSTÈME ET AVEC LE PEUPLE

Sur la base de l'expérience acquise dans la lutte contre ce type de phénomènes, dès le moment où l’opération d’interception de l’embarcation suspecte a commencé, les forces spécialisées du ministère de l'Intérieur (Minint) ont été activées, participant à l'expertise et à l'enquête sur place, aux fermetures des points de contrôle et au renforcement de la surveillance sur la côte et au large, et inspectant le bord de mer à la recherche d’éventuels échouages de ballots de drogue ou pour déterminer s'il s'agissait d'une opération dirigée contre notre pays.

Dans cet effort, des unités navales interarmées des tgf ont été immédiatement mobilisées à Holguin, Santiago de Cuba et Guantanamo, ainsi que des forces de l'Organe spécialisé de lutte anti-drogue de la Direction technique des enquêtes, et de la Police nationale révolutionnaire (pnr) dans ces provinces, en étroite collaboration avec des volontaires des coopératives de pêche et des villes côtières de la zone, appartenant aux Détachements Mirando al Mar (Les yeux rivés sur la mer). Cette opération a permis, au cours d'intenses journées de travail, entre le 9 et le 13 octobre, de procéder à la saisie, dans les environs de Baracoa et de Maisi, de 70 colis et huit ballots isolés qui contenaient au total 1 618,75 kilogrammes de marijuana.

L'action coordonnée entre les forces engagées dans l’opération a permis de récupérer la plupart des drogues en mer et d’empêcher leur dispersion.

Selon les informations fournies par les organes du Minint, il s'agit de l'une des opérations de lutte contre le trafic de drogue les plus complexes de ces dernières années, compte tenu des caractéristiques de l’incident et du volume de la drogue saisie à plus de 20 moments et endroits différents dans notre mer territoriale.

LA SURVEILLANCE PERMANENTE

Quelques jours plus tard, le 16 octobre, au nord de Baracoa, dans la province de Guantanamo, aux premières heures du matin, les alarmes se sont de nouveau déclenchées suite à la détection, par les radars, d’une vedette rapide dotée deux moteurs hors-bord, avec trois membres d'équipage (deux Bahamiens et un Jamaïcain) qui a été interceptée et saisie avec 730,41 kilogrammes de marijuana, en provenance de la Jamaïque.

Les combattants des Troupes garde-frontières ont réussi à intercepter les auteurs de cette violation de nos eaux territoriales et d’un crime grave de trafic international de drogue, sans provoquer de dommages ni à l'équipage ni à l’embarcation.

Les enquêtes se poursuivent concernant cette affaire et les détenus, ainsi que sur les caractéristiques de la cargaison saisie, l'opération, l'origine et la destination de la drogue.

Ces opérations de lutte témoignent de la volonté politique du gouvernement cubain de renforcer sans cesse la lutte contre le trafic illicite de drogues et d'empêcher à tout prix l'utilisation de l'espace aérien et maritime par les trafiquants de drogues internationaux, avec leur cargaison mortelle destinée aux principaux marchés de consommation, ou de tenter de pénétrer dans le pays.

Derrière des heures de lutte dans l'obscurité, les dangers de la poursuite d’embarcation chargées de drogue avec des équipages inconnus, qui peuvent être armés, et d'autres risques, il reste la satisfaction d'avoir contribué à sauver des millions de personnes auxquelles cette marchandise était destinée, en particulier la jeunesse étasunienne, comme principale cible.

Si l'on tient compte du fait que dans ces deux cas, 2 349 kilogrammes de cette drogue ont été saisis, ce qui équivaut à 2 349 000 grammes, et que selon des calculs spécialisés, pour chaque gramme de marijuana, les trafiquants préparent jusqu'à trois cigarettes de cannabis ou joints, on peut affirmer que les cargaisons capturées par les autorités cubaines auraient pu toucher plus de sept millions de personnes.

L'augmentation des mouvements d’embarcations maritimes suspectes en septembre et octobre coïncide avec le pic de production de marijuana dans les pays du Sud, et l'intention de l'acheminer vers le marché étasunien via les Bahamas.

Dans le cadre des actions de renforcement à l'extrême est de Cuba, avec des forces et moyens navals et terrestres déployés sur le front de Baracoa, et de l'action coordonnée du système ministériel de lutte anti-drogue, ces derniers mois, la détection et la chasse des vedettes rapides associées au trafic international de drogue se sont intensifiées.

En mai dernier, 251 paquets de drogue contenant 593 kilos de marijuana avaient également été saisis. La drogue avait été jetée à la mer par une autre vedette rapide prise en chasse, pour un total d'environ trois tonnes. La preuve de l'efficacité de ces opérations : entre 90 et 95 % de la drogue a été repêchée en mer.

Toute la drogue sera incinérée conformément aux procédures établies.


: