Les adieux à une actrice unique, appelée Broselianda

Diplômée en théâtre à l’Institut supérieur d’Art, avec un diplôme d'or, en 1987, Broselianda a joué, entre autres, dans les telenovelas Cuando el agua regresa a la tierra et Las honradas. Une interprétation exquise qui a fait que l’on se souviendra toujours d’elle.

Je ne sais pas si quelqu'un d'autre dans le monde porte le prénom de Broselianda. Ce que je sais, c'est que c’était une actrice unique. Non pas dans le style de cette unicité que nous avons tous dans le fait d'être inimitables, mais dans le fait d’interpréter des rôles que je ne saurais concevoir chez quelqu'un d'autre.

Ses adieux soudains bouleversent alors que nous l’avons toujours vue si solide et si forte, si confiante et imperturbable, même si – nous le savons – personne ne l'est éternellement. Je crois la voir dire, dans une interview avec Amaury Perez : « Je suis une femme qui veut tout », de cette façon, souriante et triomphante.

Diplômée en théâtre à l’Institut supérieur d’Art, avec un diplôme d'or, en 1987, Broselianda a joué, entre autres, dans les telenovelas Cuando el agua regresa a la tierra et Las honradas. Une interprétation exquise qui fera que l’on se souviendra toujours d’elle.

Au cinéma, elle a interprété des rôles mémorables. Ses performances d’actrice dans une vingtaine de longs métrages ont marqué des films comme Las profecias de Amanda, de Pastor Vega, et Barrio Cuba, d’Humberto Solas. Son rôle de Doña Leonor, dans José Marti : el ojo del canario, de Fernando Pérez, restera également inoubliable.

Dans cette même interview avec l'auteur-compositeur-interprète Amaury Pérez, Broselianda a déclaré à propos de ce personnage : « Le jour où j'ai reçu la confirmation que ce serait moi, a été l'un des jours les plus émouvants et les plus heureux de ma vie. Pourquoi ? je me suis battue pour ce rôle. Vous savez, ces choses que l’on dit : eh bien, ce n'était pas moi, ce n'était pas moi et je me suis battue (...). C'est un personnage merveilleux, nous savons qu'elle est vénérée aux Canaries et, en plus, c'est la mère de José Marti. Cela prend toute son importance, un travail de caractérisation totale et complète, c'est-à-dire que pour moi, cela prend tout son sens, car c'est ce que Fernando [Pérez] m’a demandé : une mère, une mère cubaine et la mère de Marti. »

À sa mort à Miami, pour des raisons encore inconnues, elle avait 56 ans.

Je prends conscience, en apprenant la nouvelle de son décès, de la fragilité humaine. Et notre cœur collectif en souffre. Adieu, Brose de Cuba. Tu nous laisses la meilleure image de ta Doña Leonor et un vide en partant, encore, avec tant de lumière.


: