Turquie/Azerbaïdjan en manœuvre sur la frontière arménienne

Quatre mois après la trêve imposée par la Russie au Karabakh sous les yeux ahuris d'une Turquie totalement prise de court, le Sultan continue encore à croire à sa fausse-vraie Armée de Turan. Mais le concept largement mis à mal à Idlib où l'armée turque, haïe par ses mercenaires, est régulièrement attaquée et ciblée par des opérations commando "amies" risque de valoir à son architecte la colère de Moscou. En effet, les forces armées turques se préparent à l'exercice d'hiver, le plus complet de ces dernières années, a déclaré l'armée turque dans un communiqué dimanche.

Selon le communiqué, les forces armées azerbaïdjanaises participeront également aux exercices qui auront lieu dans la province de Kars, dans l’est de la Turquie. L'exercice devrait comporter des armes et des équipements de production nationale.

Les divisions de chars, les canons, les équipes de tireurs d'élite, le personnel du commandement des forces spéciales, les hélicoptères et les commandos participeront également à l'exercice.

L'exercice d'hiver 2021 aura lieu du 1er au 12 février et comprendra également des armes et des équipements développés au pays.

Selon le rapport, l'exercice se concentrera principalement sur les capacités opérationnelles pendant les conditions météorologiques difficiles des mois d'hiver, y compris les pratiques d'abri, de renforcement, d'entretien et de développement éducatif.

Les assauts terrestres et aériens, les parachutages, les opérations aéroportées et le soutien logistique seront pratiqués par les deux armées.

Des forces aériennes et terrestres turques et azerbaidjanaises, ont lancé l'année dernière des exercices militaires conjoints.

Les exercices de guerre ont commencé le 29 juillet, le 5 août étant le dernier jour des combats au sol - qui comprenaient de l'artillerie, des véhicules blindés et des mortiers frappant des cibles simulées - dans la capitale Bakou et dans l'enclave de Nakhitchevan, la région autonome d'Azerbaïdjan bordant la Turquie.

Les exercices de combat aérien impliquant des avions et des hélicoptères se sont poursuivis à Bakou, Nakhchivan, Ganja, Kurdamir et Yevlakh jusqu'au 10 août. Les deux pays ont signé un accord négocié par la Russie le 10 novembre pour mettre fin aux combats et travailler à une résolution globale.Un centre conjoint turco-russe avec des soldats de la paix des deux pays a été créé pour surveiller la trêve. L’Azerbaïdjan et la Turquie s’apprêtent à organiser une manœuvre militaire conjointe à la frontière arménienne au milieu des consultations des responsables des deux pays impliqués dans le cessez-le-feu dans la région du Haut-Karabakh. Ankara a déclaré son soutien à Bakou pendant le conflit entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, et les responsables arméniens ont déclaré à plusieurs reprises que les troupes turques étaient directement impliquées dans la récente guerre dans la région du Haut-Karabakh, mais Bakou et Ankara l'ont balayé d’un revers de main.

Azerbaïdjan : des spécialistes russes déminent 100 hectares de terres à Agdam

Mais les spécialistes du déminage du ministère russe des Situations d'urgence se trouvent déjà à Agdam en Azerbaïdjan. Ce qui fait que la sortie anti russe d'Ankara est à moitié ratėe.

Un personnel de déminage de 20 membres du ministère russe des Situations d'urgence est arrivé en Azerbaïdjan le 4 janvier.

« Ils ont été également équipés de trois complexes robotiques », a déclaré le ministère russe des Situations d'urgence.

Selon le vice-ministre azerbaïdjanais des Situations d'urgence, Ragim Latifov, à partir du 5 janvier, les unités du génie des forces du ministère russe des Situations d'urgence ont commencé à nettoyer 100 hectares de terres dans la région d'Agdam des mines et des munitions non explosées.

    «La Russie a déjà apporté des équipements spéciaux en Azerbaïdjan. Le personnel est situé sur le territoire du Centre régional du Karabakh du ministère des Situations d'urgence de l'Azerbaïdjan, situé dans la ville de Guzanli dans la région d'Agdam », a-t-il dit.

Latifov a déclaré que le groupe de 20 membres comprenait des pyrotechniques, des démineurs, des cynologues et des instructeurs de formation du personnel.

« Le groupe est équipé de tout l'équipement technique pour déminer la zone », s’est-il félicité.

Les experts estiment que des centaines de milliers de mines ont été posées dans la zone de conflit. Ils pensent que la plupart des mines se trouvent dans les régions de Tartar, Aghdam et Fizuli.

Après la fin de la guerre entre la République d'Azerbaïdjan et l'Arménie au Haut-Karabakh, deux équipes de déminage turques de 200 personnes sont entrées dans la région à l'invitation du gouvernement de Bakou pour sécuriser la région.


: