Crest, Hervé Mariton reste maire

Le Conseil d'Etat valide les municipales de Crest, Hervé Mariton reste maire

Le Conseil d'Etat a annulé ce mardi après-midi la décision du tribunal administratif de Grenoble. Les élections municipales de Crest sont finalement validées et Hervé Mariton reste donc maire de la ville drômoise.

"C'est un soulagement après des mois d'incertitude". Hervé Mariton aura eu chaud cette fois-ci. Le maire LR de Crest aura dû aller jusqu'au Conseil d'Etat pour obtenir la validation des élections municipales. Fin juin, il est réélu pour un cinquième mandat avec 137 voix d'avance. La liste d'opposition emmenée par René-Pierre Halter saisit le tribunal administratif de Grenoble qui invalide le résultat des élections le 21 octobre dernier. Il aura fallu pratiquement quatre mois supplémentaires pour obtenir une décision définitive avec cet arrêt du Conseil d'Etat qui annule la décision prise en première instance.

Fin du contentieux ?

L'affaire laissera sans doute des traces même si Hervé Mariton assure qu'il est de sa "responsabilité d'avancer, sans rancoeur, sans acrimonie, au service de tous les Crestois". Il ne manque pas de souligner que ce contentieux "a favorisé un contexte difficile au sein de la communauté de communes". Hervé Mariton n'a pas été élu à la présidence de l'intercommunalité, les autres maires lui préférant le maire d'Aouste-sur-Sye.

Le chef de file de l'opposition de son côté estime que les choses sont claires. "La plus haute autorité administrative a rendu sa décision, nous la respectons", dit René-Pierre Halter. "C'est vrai que cette période a été longue et il faudra peut-être du temps pour que la sérénité revienne mais de notre côté, nous travaillerons de la manière la plus positive possible."


: