La nouvelle éco : le train, le fleuve mais pas la route pour Rhône c

La nouvelle éco : le train, le fleuve mais pas la route pour Rhône ciments

La nouvelle société basée à Portes-lès-Valence fait le pari de transports "écolos" pour faire venir ses matières premières. 150 allers-retours hebdomadaires en camion sont ainsi évités.

Utiliser (entre autres) le Rhône pour faire venir ses matières premières et préserver l'environnement : c'est l'option choisie à Portes-lès-Valence par Rhône Ciments. L'usine située tout près du port de commerce de Valence fabrique du ciment et a besoin pour la préparation de ses produits de clinker en provenance de Turquie. La cargaison qui arrive sur le port de Sète est acheminée par le fleuve jusque dans la Drôme. La première livraison par péniche s'est déroulée la semaine dernière.

Le transport fluvial et... ferroviaire

L'autre option pour le transport de la matière première, c'est celle du train explique Magalie Laurenço, directrice du site Rhône ciments à Portes-lès-Valence. L'usine est toute proche de la voie ferrée qui arrive sur le port et 400 mètres de rails ont été construits pour que les convois accèdent directement à la société. Ces transports "écolos" permettent de retirer du trafic routier 150 allers-retours de poids-lourds par semaine entre Sète et la Drôme.

Rhône ciments emploie 13 salariés sur le site mais projette de recruter quatre ou cinq collaborateurs en CDI avant l'été. "D'ici 2023" dit Magali Laurenço, "on espère être en tout 30 personnes à Portes-lès-Valence". Magali Laurenço était invitée de "La nouvelle éco" ce mardi matin sur France Bleu Drôme Ardèche.


: