Une fusillade éclate dans une école de Kazan, au moins onze morts

 Des coups de feu ont retenti dans une école de la ville de Kazan en Russie. Selon les premières informations, au moins onze personnes ont été tuées dont un enseignant et huit étudiants. Un tireur a été arrêté par la police.

Le 11 mai dans la matinée, une fusillade s'est déclarée dans une école de Kazan, en Russie, faisant au moins onze morts dont un enseignant et huit étudiants selon l'agence RIA Novosti citant les services de secours.

Selon le ministère de la Santé de la République du Tatarstan une vingtaine de blessés sont à déplorer. Parmi eux, six enfants sont actuellement en soins intensifs.

Selon l'agence Interfax, la fusillade aurait été déclenchée par deux hommes armés, et le second tireur aurait, d'après les agences de presse russes, été abattu. Toutefois, cette information n'a pas été confirmée officiellement.

Le président de la République du Tatarstan, Roustam Minnikhanov, a en revanche fait savoir en conférence de presse qu'un tireur avait été interpellé par la police. «La personne qui a organisé la fusillade dans l'école de Kazan a 19 ans. L'arme dont il disposait avait été enregistrée à son nom», a-t-il rapporté.

Certains témoins cités par les médias russes ont par ailleurs fait état d'une explosion.

Les forces spéciales ont été déployées dans l'enceinte de l'école.

L'école a été évacuée et 21 ambulances ont été envoyées sur place. Les mesures de sécurité ont également été renforcées dans tous les établissements scolaires de la ville.

La direction générale des Affaires présidentielles de la République du Tatarstan a déclaré à RT : «Le président de la République [du Tatarstan Roustam Minnikhanov] est déjà sur le terrain, nous nous occupons de la situation. Tous les élèves ont été évacués de l’école. [...] C'est le chaos, toutes les services spéciaux sont arrivés [sur place].» Le ministre de la Santé de la République du Tatarstan, Marat Sadykov, est également sur place.

Vladimir Poutine a présenté ses condoléances aux proches des enfants tués dans la fusillade, a fait savoir le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov. Il s'est par ailleurs dit en faveur d'un durcissement de la législation sur l'accès aux armes.

Une enquête a été ouverte et les autorités du Tatarstan, citées par Tass, ont déclaré le 12 mai jour de deuil.


: