L'Ukraine affirme que Biden soutient le plan d'adhésion de Kiev

L'Ukraine affirme que Biden soutient le plan d'adhésion de Kiev à l'OTAN... puis se dédit

 La Maison Blanche et le gouvernement ukrainien ont publié des comptes rendus officiels contradictoires de l'appel téléphonique du 7 juin entre Joe Biden et Volodymyr Zelensky. La partie ukrainienne a rapidement corrigé le sien.

Dans la foulée d'un échange téléphonique entre le président ukrainien Volodymyr Zelensky et son homologue américain Joe Biden le 7 juin, la présidence ukrainienne a affirmé en des termes on ne peut plus clairs que le locataire de la Maison Blanche soutenait le plan d'adhésion de Kiev à l'OTAN... avant de tempérer son enthousiasme en rectifiant le communiqué, un peu plus tard.

«Le président des Etats-Unis a également souligné son soutien total à l'intégration euro-atlantique de l'Ukraine et l'importance de fournir à l'Etat ukrainien un plan d'action pour l'adhésion à l'OTAN», pouvait-t-on ainsi lire dans le compte rendu de la discussion sur le site officielle de la présidence ukrainienne, comme en témoigne la version initiale du texte.

Une information aux ramifications géopolitiques majeures qui n'apparaissait pourtant pas côté américain. Et pour cause, la partie américaine aurait réfuté de tels propos : «Les Ukrainiens ont mal interprété la déclaration et ont corrigé le compte rendu», a fait savoir un porte-parole du Conseil national de sécurité au média Axios.

Dans la soirée du 7 juin, la mention a finalement disparu du compte rendu donné par la présidence ukrainienne qui rapporte désormais uniquement que «Volodymyr Zelenskyy a souligné l'importance de doter l'Etat ukrainien d'un plan d'action pour l'adhésion à l'OTAN», sans évoquer la position de Joe Biden sur le sujet.

Depuis des semaines, Kiev manifeste ouvertement son impatience quant à une éventuelle adhésion à l'Alliance atlantique qu'elle souhaite rejoindre depuis 2008. En avril, le président ukrainien avait ainsi demandé à l'OTAN d'accélérer la procédure d'adhésion de son pays.

Puis, le 26 mai, Kiev avait regretté qu'en dépit de la «porte ouverte» de l'OTAN aux ex-républiques soviétiques, «pas une seule mesure [n'ait] été prise pour mettre en oeuvre cette décision». La diplomatie ukrainienne avait alors dénoncé le choix de l'OTAN de ne pas inviter Kiev au sommet du 14 juin à Bruxelles, précisant toutefois s'attendre – comme la Géorgie – à recevoir cette année une invitation au sein du Plan d'action pour l'adhésion, première étape officielle en vue de devenir membre de l'Alliance atlantique.


: