Le travail, volontaire et avec conviction, qui vivifie la conscience

C’est dans les champs que la population de Granma s’est souvenue du premier travail volontaire organisé par le Che le 22 novembre 1959.

Ce fut le dimanche 22 novembre 1959 et, face à cette «  averse gigantesque » de personnes arrivant de toute part dans des camions, des charrettes, à cheval..., nul n’aurait su dire combien de mains s’unirent à El Caney de las Mercedes (qui fait aujourd'hui partie de la municipalité de Bartolomé Masó) pour aider à construire la Cité scolaire Camilo Cienfuegos naissante, la première grande œuvre éducative de la Révolution.

Depuis la remorque d'un camion, le Che expliqua aux milliers de personnes présentes l'importance de ces travaux, qui deviendrait « un symbole permanent de l'alliance ouvrière-paysanne sur laquelle repose notre pouvoir révolutionnaire », et un instrument de transformation des consciences.

Il s'agissait du premier travail volontaire de masse qui, sous la direction du Guérillero héroïque, rassembla des maçons, des paysans, des ouvriers de la chaussure de Manzanillo et des travailleurs d'autres organisations pour construire un centre éducatif dans lequel étudieraient 20 000 enfants de la Sierra Maestra.
À partir de ce jour, le Che dirigea les mobilisations, chaque dimanche, dans les champs de canne à sucre, la récolte du café, la construction et d'autres travaux, qui se répandaient dans tout le pays comme un principe de dévouement au travail des Cubains.

62 ans après cet événement mémorable de l'histoire nationale, et avec l'engagement de maintenir vivant cet héritage exaltant, des jeunes de Granma ont participé ce dimanche à une journée productive dans les zones de culture de la canne à sucre, du café et autres.

Pour sa part, la Centrale des travailleurs de Cuba a mené une mobilisation sur différents fronts de production dans la municipalité montagneuse de Bartolomé Masó, en vue de l'assainissement des communautés et de la rénovation des écoles.


: