L'attribution de la Légion d'honneur à Agnès Buzyn provoque...

L'attribution de la Légion d'honneur à Agnès Buzyn provoque l'indignation d'opposants

 Faite chevalier de la Légion d'honneur, l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn est au cœur de critiques pour sa gestion du début de la crise sanitaire en 2020. Le chef du Conseil scientifique, lui aussi décoré, essuie des accusations similaires.

La parution au journal officiel le 1er janvier de Légions d'honneur, notamment attribuées au professeur Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, et à l'ancienne ministre de la Santé reconvertie directrice exécutive de l’Académie de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Agnès Buzyn, suscite l'indignation d'adversaires de la Macronie.

«Donner la Légion d’Honneur à Agnès Buzyn en pleine pandémie est une provocation quand on se souvient de sa désinvolture pour gérer la première vague de [Covid-19]», a dénoncé l'eurodéputé RN Thierry Mariani, qui s'est désolé au passage de voir cette décoration «utilisé[e] trop souvent pour remercier les courtisans».

Son collègue Gilbert Collard a étrillé Jean-François Delfraissy au passage : «Pendant que les incapables nous piquent de force, en remerciement servile, Macron les épingle», a-t-il envoyé.

«Mise en examen pour "mise en danger de la vie d’autrui" dans sa gestion du Covid, Agnès Buzyn reçoit la Légion d’honneur», a rappelé l'ancien eurodéputé frontiste et président du parti Les Patriotes Florian Philippot.

L'ancienne ministre de la Santé est effectivement mise en examen depuis septembre 2021 par la Cour de justice de la République pour «mise en danger de la vie d'autrui» dans sa gestion critiqué du début de l'épidémie de Covid-19. Elle est par ailleurs placée sous le statut plus favorable de témoin assisté pour «abstention volontaire de combattre un sinistre». L'intéressée y percevait à l'époque une «excellente opportunité» de s'«expliquer et de rétablir la vérité des faits».

A gauche, des reproches ont aussi été formulés pour les mêmes raisons. «Le niveau de mépris commence fort», s'est indigné l'ancien député EELV Sergio Coronado. «La République des copains. Honteux», a pour sa part déclaré dans la même veine le militant de gauche Thomas Portes .

Cinq cent quarante-sept personnes, «illustres ou inconnues du grand public», ont été décorées de la Légion d'honneur dans cette promotion 2022, dont «un peu plus de 15%» dans le «domaine sanitaire et social», précise l'AFP. Fondée par Napoléon Bonaparte en 1802, la Légion d’honneur compte aujourd'hui 92 000 membres, civils et militaires, récompensés pour leurs «mérites éminents au service de la nation».


: