Cuba dénonce 20 ans d'abus et d’ignominie sur la base illégale...

Cuba dénonce 20 ans d'abus et d’ignominie sur la base illégale de Guantanamo

Les experts de l’ONU ont souligné que la Base navale de Guantanamo est un symbole de l'absence systématique de reddition de compte et de l’interdiction de la torture qui est pratiquée avec l’aval de l'État, peut-on lire sur le site web de l’organisme multilatéral, qui qualifie les pratiques qui y ont cours d'« inacceptables ».

« Cela fait 20 ans que des abus scandaleux sont commis sur le territoire cubain occupé illégalement dans la baie de Guantanamo par les plus grands violateurs des droits de l'Homme au monde », a signalé sur son compte Twitter le Premier secrétaire du Comité central du Parti et président de la République, Miguel Diaz-Canel Bermudez, à propos de la dénonciation réalisée par les experts des Nations unies.

Les experts de l’ONU ont souligné que la Base navale de Guantanamo est un symbole de l'absence systématique de reddition de compte et de l’interdiction de la torture qui est pratiquée avec l’aval de l'État, peut-on lire sur le site web de l’organisme multilatéral, qui qualifie les pratiques qui y ont cours d'« inacceptables ».

Les experts ont de nouveau appelé le gouvernement des États-Unis à fermer la prison, à renvoyer les détenus chez eux ou dans des pays tiers, tout en respectant le principe de non-refoulement ; à offrir des réparations pour les prisonniers torturés et détenus arbitrairement, et que les personnes qui ont autorisé et se sont livrées à la torture soient tenues responsables, comme l'exige le droit international.

Ils ont rappelé que la prison de la base navale à Guantanamo a accueilli jusqu’à 780 détenus et que, deux décennies plus tard, il en reste encore 39, dont neuf seulement ont été inculpés ou reconnus coupables de crime.

Ils se sont dits particulièrement préoccupés par la population carcérale malade et vieillissante qui a subi des abus, et ont condamné le manque de soins médicaux adéquats.

Ils ont souligné que le vide juridique sur la Base navale met en évidence l'incapacité du système judiciaire étasunien à protéger les droits de l'Homme et à faire respecter l'état de droit.

Par:Gladys Leidys Ramos


: